Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2011

.. don't you cry ?.....

……… et puis, j'ai ouvert les yeux à deux heures et quelques avec une grande bouffée d'angoisse, enfin je crois que ça s'appelle comme ça, c'est une  sorte de peur terrible parfumée de panique sourde, immédiatement, je me suis retrouvé avec les problèmes du boulot affichés en 3 D avec son 5.1 surround, non pas les problèmes externes à gérer, ça on s’en fout un peu,  mais la position de malaise à être là bas, c'est la première fois que ça m'arrive, je cherche comment mourir, je me dis que mettre les doigts dans la prise ça doit pas être le truc, et que même si j'ai pas des gros doigts, j'ai de trop petites prises.....
j'ai rempli mon dossier pour candidater à cet autre poste, mais je n'ai encore rien envoyé, j'ai un peu de temps devant moi et je vais essayer de passer quelques coups de fil pour voir où sont les vraies issues, celles qui n'apparaissent nulle part..

 je vais passer quelque coups de fil pour essayer de trouver un dealer d'espoir,

pour acheter quelques grammes d'avenir,

pour retrouver l'abraham qui s'est perdu y'a pas longtemps, je sais pas exactement où ni pourquoi,

(je crois que je sais)

je vais passer quelques coups de fil pour essayer de voir comment on peut retirer la semoule dans laquelle j'épuise mon pédalage terrorisé....
... cet après midi vers deux ou trois heures, d'un coup j'ai eu une envie serrée de pleurer, tu sais, de m'assoir par terre, là dans un coin du bureau et de  laisser tout ça sortir...
je sais plus trop d'où ça va vient tout ça, j'arrive pas à réfléchir, je sais si c'est juste le  boulot ou si c'est autre chose que je ne veux pas savoir, ou si c'est n'importe quoi parce que y'a pas de raison à tout, et y'a surtout pas de raison à rien....
j'essaie en rentrant de me réfugier dans le regardage d'épisodes de MI5 mais j'arrive pas à entrer dans l'écran, je regarde les acteurs qui me regardent, ils me disent en russe je crois,

-       on peut rien pour toi, démerde toi tout seul, on n'est même pas des personnages, on joue un jeu avec des habits qui sont pas à nous....

… et puis, je viens d'avaler un demi cachet de je sais pas quoi, il faut que je dorme un  peu encore, deux heures par nuit c'est pas assez je crois....
ma voiture est au garage, je sais pas trop ce qu'elle a , le type a dit qu'il allait démonter tout ça, que j'appelle demain, ça sentait le brulé très fort, je reste donc dans ma maison au milieu de nulle part, j'ai presque plus de pain mais j'ai des gésiers de canards au frigo et je me suis fait une grande marmite de cuisses de poulet avec des oignons et plein de curry.. j'ai encore deux bouteilles de riesling et aussi une de champagne qui est là depuis un mois....
ah oui, j'ai aussi deux barquettes de raviolis frais à la mozarella et aux épinards je crois....
de toutes façons, j'ai pas faim du tout.. je mange en faisant semblant de regarder plus belle la vie....
celle que j'aime tant qui est passée dormir chez moi ce week end m'a téléphoné tout à l'heure, elle est rentrée chez elle là bas loin.... elle m'a dit ça va être une bonne année pour toi,  abrahaminou, je me marie, c'est obligé que pour toi ça sera une bonnne année...
je pensais pas qu'elle avait envie de se marier, elle a fait mille fois le tour du monde, a vécu au milieu de la brousse, au pôle nord, n'importe où, elle débarquait chez moi entre deux voyages pour se poser un peu et organiser autre chose, on s'est toujours entendu sans dire un mot, on avait toujours au bout du regard cet amour tout simple, celui qui demande rien.... je l'ai vue avec un type ou deux, des fois elle me disait oh celui là retiens pas son nom, c'est juste pour baiser deux fois par semaine.... et puis là elle me dit je me marie, elle m'a téléchargé sur mon ordi un catalogue de robes de mariée, on a regardé ensemble, je vois pas la différence, j'ai dit

-       oui, elle est bien, c'est celle là qu'il te faut,

elle m'a dit

-       je suis contente que ça te plaise,

j'ai fait comme si je voyais une différence, mais en vrai je la voyais la différence, elle était dans ses yeux qui brillaient....
je sais pas combien  j'ai de prises dans la maison, une vingtaine ? une trentaine ?
je sais pas combien j'ai de doigts pour mettre dedans...
mais je crois que ça fait friser les cheveux de mettre les doigts dans la prise, et je crois pas que ça m'aille les cheveux frisés
je pensais pas que ça s'effondrerait comme ça,
je m'en fais pas trop quand même
je sais que toute cette poussière irradiée va retomber
je sais que rien va prendre la place du tremblement
je sais qu'avec le rien, je rigole bien
je sais que lui et moi, on va se remettre à écrire les mémoires qu’on invente..
on  va parler de culotte
on va regarder les lettres s'enfiler les unes derrière les autres
et pour qu'elles pénètrent facilement à l'intérieur de cette envie là, que on va juste lâcher une goutte de salive des lèvres, quelle se faufile lentement juqu'à....
...


tu vois ……., je t'écrivais, mais j'ai du faire appel à abraham pour survivre à cette nuit... raphaël est trop destroyé en ce moment..
je vais mettre ça sur le blog...
tu m'es nécessaire, je crois......

Les commentaires sont fermés.