Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2011

... this is not a love song....

… et puis hier matin, je me suis levé dans, il me semble , une sorte de vapeur de tristesse, un truc léger mais très enveloppant, un voile comme ça, un rien nostalgique, tout en arabesque élégante, en tout cas, esthétique

je m’en suis pas plus préoccupé que ça, tu sais, la vie est un point de vue, rien d’autre, il n’y avait aucune raison d’être triste, j’avais pas l’intention de torturer des mouches consentantes à la reddition sodomite pour leur faire avouer d’obscures causes cachées, qui auraient mis en perspective quelque chose de l’ordre d’une cause et d’un effet,

quelque chose de l’ordre du pourquoi et du comment,

quelque chose de l’ordre de l’explication cathartique

dans un grand élan volontariste de ma part, ça fait un moment que j’ai décidé que grosso modo, on venait de nulle part, on allait nulle part et que donc on était bien où on était puisqu’il n’y avait aucune transcendance particulière qui m’aurait, en vertu de je ne sais quelle métaphysique, qui m’aurait donc sculpté un destin quelconque, une signification ultime

que j’aurai de toute façon loupé(e)

j’ai qu’à regarder autour de moi

tout le monde  a l’air d’avoir raté quelque chose

tout le monde a l’air d’être dans un manque essentiel

tout le monde semble pas très bien tout compte fait

comme on n’a que ça, la vie, je vais pas passer mon temps à la rater, donc je me suis convaincu que j’avais pas à la réussir non plus, la condition essentielle pour rien louper,

je passe pas trop mon temps à chercher quelque chose que j’ai jamais perdu en définitive

allez

allez

je me suis levé donc hier dans ce petit brouillard de tristesse, et ça m’a étonné parce que le matin est généralement le moment pour moi de tous les désirs, une sorte d’élan un peu ivre, et se lever comme ça était juste étonnant,

pas trop dans ma météo locale..

je te l’ai dit, ça ne m’a pas plus préoccupé que ça, à tout hasard, j’ai aspergé mon écharpe d’ocytocine et je n’y ai plus trop pensé, ça a du fonctionner surement, j’ai foncé dans la journée les yeux un peu fermés

parce qu’il n’y avait pas trop de trucs à voir surement

j’ai quitté le boulot à cinq heures, je devais aller payer le garage pour ma bagnole qui déconnait,

mille quatre cent quatre vingt sept euros onze

elle déconne encore, ce qui met le rien à presque deux fois le SMIC

dans la nuit, j’ai commandé une guitare, une Cort à cordes nylon électro acoustique

tu sais j’ai joué l’an dernier par hasard sur une guitare à cordes nylon et ça m’a fait le même effet que l’évidence de ton corps

mais le manche de ce type de guitare est trop large pour moi,

j’ai eu très envie d’une Godin,

elles sont magnifiques les Godin

mais j’ai pris une Cort, à manche fin, le sillet à 42 millimètres

et j’ai pris aussi un petit ampli Roland

je les recevrai surement la semaine prochaine

elle est noire ma guitare

je la mettrai à côté de la bleue

en rentrant, le soir,  à la télé, y’avait raphaël enthoven qui est chiant à mourir quand il parle parce qu’il cherche des concepts tout le temps parcequ’il cherche sûrement son image dans les mots, parce que surement il s’ennuie dans la vie et qu’il croit qu’il a raté sa vie s’il ne ressemble pas à quelqu’un d’intelligent et du coup, il est très ennuyant comme une visite à une vieille connaissance qui a connu ton père dans sa jeunesse et qui t’invite à boire du thé dans son salon  figé et que tu sens les secondes putain de lourdes et que tu te dis, tout ça va avoir un fin sûrement mais c’est long quand même…

raphaël enthoven est comme ça donc, chiant à écouter, mais bon la télé était allumée et je faisais griller du pain  pour manger avec du saumon fumé et aussi un verre de riesling glacé, j’avais la bite à l’air et une furieuse envie de me serrer contre toi, mais tout ça n’existe plus et bon, voila..

raphaël le genre beau gosse, parlait de je sais pas quoi et à un moment,  j‘ai entendu

souffrir des douleurs qui nous sont épargnées

il devait être très très fier de ce truc parce qu’il l’a répété plusieurs fois

souffrir des douleurs quoi nous sont épargnées

je me suis demandé ce que cela voulait dire exactement, ou si c’était juste un sorte de youporn pour ceux qui se branlent de trouvailles en mots en plastic..

j’en sais trop rien,

je te file ça comme exercice alors

…..

il est presque six heures du mat, le réveil va sonner

je vais me lever

je pense à toi je crois

et me branler sûrement

 

Les commentaires sont fermés.