Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2011

....one afternoon...

 

….et puis donc, il est cinq heures et quelques du mat, j’en suis à mon second café senseo, j’ai pas fait de bruit en les préparant en bas, celle que j’aime tant dort dans la chambre à côté, elle est venue mardi soir, elle repart tout à l’heure, hier --- j’ai pris mon après midi, j’ai dit, je vais te montrer ma nouvelle maison

de dans un mois ou deux,

elle a dit - oui, la fille aux bougies a dit, - je viens avec vous, j’ai dit - ok, on va organiser tout ça, il pleuvait hier mais beaucoup, beaucoup, très fort, on aurait dit que tout ce temps qu’on a passé là ces dernières semaines, dans la chaleur, le soleil, le teeshirt en coton léger,

blanc cassé,

paille plutôt

les lunettes de soleil, les douches un peu fraiches,
tout ça tu sais,

on aurait dit que c’était une histoire qu’on s’était racontée pour s’endormir peinard, décontracté du gland, la tête dans l’autre univers, le seul qui ne nous échappe pas vraiment, le vrai, celui où …..

…….et puis donc il est cinq heures du mat donc, et ça fait six siècles que je n’ai pas autant dormi d’affilée, j’ai ouvert les yeux vers quatre heures, étonné qu’il soit aussi tard dans le temps, d’habitude vers une heure ou deux heures du mat, c’est bouclé, j’ai fait mes deux trois heures de sommeil,

la nuit est forclose,

le sommeil s’est tiré dans la fiction, il reste du temps moyen,  du temps de presque rage de passer à côté du dodo, mais bon, prendre la vie comme elle vient, ne jamais croire qu’un contrat est signé au préalable, ne jamais croire que c’est décidé sans toi, bref, tu sais tout ça par cœur, ça fait tant d’années que…..

…………………………………et puis donc j’ai ouvert les yeux vers quatre heures, j’ai pris ma tablette archos, j’ai cliqué sur la petite icône bouquin, la page où j’en étais s’est affichée illico, je lis là dessus la carte et le territoire d’houellebecq, c’est la première fois que je lis un roman sur une tablette tactile, jusque là, j’avais des trucs genre lacan , les séminaires, des trucs genre aphorismes de marc aurèle, des trucs genre t’en lis trois lignes et tu te mets à écrire la suite en la conjuguant à la première personne du singulier,

Il n’en existe pas d’autre

l’altérité –l’existence de l’autre- quoiqu’en dise Levinas,

et tant d’autres

L’altérité n’est qu’un effet secondaire d’empathie miroir,

Tu sais, on ne voit jamais rien d’autre qu’avec son propre regard

Et c’est pour cela qu’il faut s’aimer très fort même pour ne pas haïr l’autre,

c’est pour cela qu’il ne rien attendre  de soi pour ne pas en vouloir à l’autre ne pas vous le donner…

………………….

Où j’en étais ?

..

…et puis donc hier, donc, je suis rentré en début d’après midi, celle que j’aime tant avait mis en cartons les bouquins de la mezzanine, un bonne quinzaine de cartons, j’ai dit - stop ma puce, on va y aller, on va aller voir là bas, elle m’a dit

- attends, je prends une douche, je me suis allongé sur le canapé et pouf,

J’ai ouvert les yeux une heure plus tard, elle était assise à côté avec son netbook, elle tapait comme une malade, j’ai souri, elle m’a dit - tu veux dormir encore ? j’ai dit - non, putain, il faut que tu sois là pour je m’endorme, alors que j’ai que ça à faire, dormir quand t’es pas là, on a pris la bagnole, on est passé par chez la fille au bougies, elle attendait dans la rue avec son petit chapeau sur la tête et sa bille de clown, on s’est mis à rouler

dans cet espèce de paradis tu sais

sur les routes de campagne, je m’en lasse pas, des champs un rien vallonnées, des mini bosquets, des nuances de vert, des masses de bouts de forêt, on s’est mis à rouler et d’un coup la pluie s’est arrêtée, le soleil est revenu et ça m’a pas étonné, tu sais quand j’avais quatre ou cinq ans, j’avais de grands pouvoirs magiques et le monde se pliait à mes désirs sans aucune résistance, de temps à autre ça revient,

Juste comme je veux rien de particulier, c’est plus facile pour l‘obtenir

Et donc on a roulé au soleil et la fille aux bougies a dit : - dis, je peux demander à une copine de venir aussi ? j’ai dit - oui, et je me suis dit que j’avais pas vu autant de monde dans ma vie privée en même temps depuis l’invention du dinosaure

A peu près

.. je savais que l’effet allait être grandiose, bon, entrer la bagnole dans le petit parc qui entoure la bâtisse qui va être ma maison est impressionnant

Pour nous autres pauvres blogueurs virtuels

Je savais qu’il y allait avoir de l’émerveillement,

J’ai dit voilà les filles, y’an avait quatre maintenant des filles, j’ai dit - voilà les filles, c’est chez moi

Enfin bientôt,

Après les centaines de cartons de bouquins, au milieu de l’été environ..

Y’avait même dans un coin du mini parc une roseraie, je l’ai prise en photo, je te la mets là roseraie.jpg

La fille aux bougies a dit, - on mettra une table rouge et on prendra le petit déjeuner là

Celle que j’aime tant disait rien, elle fermait à moitié les yeux pour voir mieux tout ça, on a visité la maison elle est plus grande que je croyais en fait, j’avais pas vu que le grenier avait été aménagé,

J’ai neuf pièces pour moi tout seul

Putain, je vais mettre du bordel partout je vois ça d’ici,

Y’a aussi une cave sans fin, on dirait des geôles du moyen âge, on est resté un petit moment et puis on a dit on va aller boire un pot dans la petit ville à vingt bornes, y’avait toujours ce soleil

offert par mon père surement

….ou alors microsoft, va savoir ce qu’il en est réellement de la réalité,

On a marché un peu dans les rues piétonnes, on est passé devant une boutique de chaussures, j’aime pas acheter, je m’en fous de tout ça, mais celle que j’aime tant m’a dit - regarde ça

Des chaussures qui me ressemblait pas du tout, je mets au pied n’importe quoi,

Je ne mise que sur mon regard intense

Mais oui, ça me ressemblait tellement pas que ça m’a plu tout de suite,

j’ai acheté,

ensuite on s’est mis à délirer avec la fille aux bougies aussi et on s’est dit que j’allais me transformer complètement et je suis rentré dans les boutiques et j’ai acheté des chemises que j’aurai jamais regardées avant avec des cols de couleurs différentes, j’ai acheté aussi un truc genre costard gris prune, en passant j’ai pris quand même un autre chapeau parce que j’adore ça, en fait je crois que j’aurai aimé être rabbin

si j’étais sûr que ça donnait pas une mauvaise haleine

On s’est mis à la terrasse du café littéraire le victor hugo

J’ai commandé un gewurztraminer, je bois que ça avec du café senseo

Celle que j’aime tant en a pris une gorgée

-     je veux ça aussi elle a dit

On a tous bu dans des grands verres ballons, y’avait ce soleil de fin d’après midi,

-     On rentre ? j’ai demandé au bout d’un moment

-     Oui, ont dit les filles,

sinon on va rater plus belle la vie…..

Les commentaires sont fermés.