Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2011

... just married....

.. et puis j'ai retrouvé ça sur mon disque dur externe de marque IOMEGA, le bleu avec les deux prises USB, je l'ai mis dans ma valise, je pars demain,  sur l'île..

.. et puis donc j'ai retrouvé la demande en mariage à sophie que j'avais faite il y a je ne sais plus, deux ans, trois ans ?

ah si je sais, c'était juste avant le premier procès, je me souviens....

et puis donc, je remets ce truc, je m'en vais demain, je reste moi même encore et encore,

il fait nuit dehors, vous allez me manquer ces quelques semaines, je crois

non, je crois pas, j'en suis sûr




podcast



 

07/07/2011

... free refill....

 

… et puis bon, là j’hésite un peu à écrire ici, parce tout est tellement centré sur ce nouveau boulot que je suis pas trop sûr d’être vivant,

au sens de non machine

au sens non productif

au sens de ; où est cette putain d’odeur de femelle, là, tout ce qui précède, tout ce qui suit, jusqu’au sourire de tendresse final si tant est qu’il y ait une fin..

.. il me revient là le film sur lenny bruce que j’ai vu je sais pas quand, je sais pas où, avec un dustin hoffman tellement jeune qu’on dirait un avatar issu d’un délire éthylique, lenny bruce était

Attends je vais pas m’emmerder à chercher mes mots, y’en a des tout prêts sur wikipedia

Comique d'origine juive, ayant fait ses armes dans le circuit des cabarets de New York et des hôtels de Catskill, berceau de l'humour Borscht Belt, il devient le comique le plus célèbre et le plus controversé des États-Unis dans les années 1960. Arrêté pour obscénité à de multiples reprises, placé sous la plus étroite surveillance du FBI, il incarne l'esprit contestataire de cette décennie et, de par son talent pour l'improvisation et sa liberté de ton, reste la référence majeure des humoristes américains qui le considèrent comme le maître, sinon l'inventeur du stand-up.

Wikimachin copyright

 

.. dans ce film, quand le lenny bruce, dustin hofman commence à avoir des emmerdes, il se centre sur lui-même au sens fermé, au sens non réflexif, au sens non empathique

-     L’empathie, comme seul composant d’une tentative de cohérence humaine

-     L’empathie comme seul rempart finalement inefficace contre l’essence barbare humaine

Dans ce film donc, le lenny commence à se spiraler sans fin sur  lui-même dans un espace mental de plus en plus réduit, de plus en plus resserré, en ne fixant qu’un seul point, il perd l’horizon, il perd tout intérêt, il devient infiniment vieux

Au sens adolescent du terme

On n’a envie de plus le connaitre

On n’a envie de plus se connaître

On se redemande pourquoi on vit tellement il devient chiant

On se dit qu’on a bien quelque part un reste de prozac à faire en salade

;..

Ce nouveau boulot me lenny bruce, j’ai plus envie de me connaitre, je passe trop de temps dans ces réunions où j’essaie de voir les tenants et les aboutissants de la folie humaine, j’hérite d’une situation en feu, je le savais,

Et là, je le découvre

Je vois la haine dans le ton des voix dans l’équipe de direction, je vois les pièges qu’on essaie de me tendre quand on se tourne vers moi

Moi : instance décisionnelle finale

J’ai passé plusieurs heures hier là bas

J’ai pris la route le soir, la fille aux bougies m’a téléphoné,

-     je suis enrhumée elle a dit

Elle avait une voix de petite fille effarée

-je suis enrhumée elle a dit quand elle dit ça, elle vire au tragique

-Tu passes un peu elle a dit , et puis tu rentres chez toi parce que je suis enrhumée

Quand la fille aux bougies est enrhumée, le monde s’écroule

Je suis passé juste avant plus belle la vie, elle m’a servi un verre de gewurztraminer, elle m’a dit ; -j’ai un cadeau pour toi, elle m’a mis un foulard, elle m’a dit -avance, elle m’a dit -alors tu vois rien ?

J’ai dit non, -j’ai le foulard autour des yeux, elle m’a dit -oui, tu as raison, mais je voulais te faire une surprise et en même temps tu la vois pas

Elle m’a enlevé le foulard, y’avait un machin  immense ;

-C’est quoi ça ? j’ai demandé 

Elle a dit : -tu as envie de jeter ce torchon

J’ai dit - ah bon ?

elle m’a dit -oui, elle m’a mis un torchon dans la main,

-Vas le jeter

Je me suis approché du machin immense

Un truc s’est soulevé dès que j’ai avancé

-     Mais c’est quoi ? j’ai demandé

-     Une poubelle intelligente, elle a dit -elle s’ouvre toute seule dès que tu approches, elle te reconnait !!je lui ai parlée de toi

Je suis resté scotché

Personne m’a jamais fait un cadeau comme ça..

J’ai regardé la fille aux bougies et son rhume tragique

Je savais pas trop quoi dire,

Mais j’ai pensé qu’à défaut d’odeur de femelle trouble,

elle avait les portes de l’univers clown qui peut m’empêcherait peut être de me lenny brucer…

Allez, il est cinq heures vingt du mat, je vais me faire un autre café…

05/07/2011

.... sitting on the dock of the bay...

 

… et puis il est sept heures du mat, c’est rare que je sois encore au lit à cette heure ci, je le suis recouché, j’ai fait une lessive, un bout de vaisselle, bu un double café senseo et avalé deux vitamines et du magnésium, il faut que j’appelle l’assurance, mon pare-brise est fendu, je sais pas pourquoi, un désir trop fort peut être, hier, j’ai passé ma journée dans une putain de pièce soviétique sans fenêtre avec vingt personnes costard cravates,

Les grands chefs

Avec des PowerPoint

Putain on aurait dit l’intro d’un film TNT qui se finit en gore, on aurait dit une caricature, y’avait les vingt je te dis tous pareil en costard Armani sombre,

Très bien coupé

Même les gros avaient de la classe

Pour te dire

Les cheveux pas en mélange bohême,

genre toi

Genre moi,

Pas longs

Genre moi

Y’en avait pas un qui rigolait, ils portaient sur leurs épaules un mega respopnsabilité, y’avait qu’eux qui en connaissaient le poids,

Pour te dire

Nous on pouvait pas imaginer

Y’a eu un tour de table

Je suis sûr que c’était pour ma pomme, ils avaient tous l’air de se connaitre entre eux

J’ai balancé mon nom, j’ai dit le vrai, j’ai hésité quand même, j’avais envie de dire

coover,

harry coover,

ça faisait rire ma tante quand j’étais tout petit, ce truc d’harry coover,

Elle va mourir bientôt ma vieille tante, ma très vieille tante

Rachel

Elle a mille ans, une super classe, elle a toujours son humour archi aigu, elle a toujours ses neurones en talons aiguilles, juste elle est très vieille, le corps ne suit plus, elle veut pas dire qu’elle n’y voit presque plus, je l’ai su par hasard, elle met des croix de rouge à lèvres sur les verres, elle ne voit plus les verres, elle veut plus trop bouger de chez elle, elle est fatiguée,

Le téléphone a sonné la semaine dernière à quatre heures du mat, j‘ai pensé qu’on allait me dire que ça y était,

Rachel,

Mais non, c’était le boulot, un machin de sécurité dont je n’avais rien à foutre

Elle est très croyante,

Quand son mari est mort y’a quelques années, je suis passé à l’hôpital, il était dans la chambre froide,

Je me suis dit que je sais rien n’a de sens, mais que peut être c’est pas pareil pour les autres

Moi je m’en fous, mais lui, il était très croyant,

J’ai posé ma main sur soin front glacé, les trois doigts du milieu sur le front pour faire le signe du Chema

Et j’ai récité la presque seule phrase que je connaissais de toutes les prières qu’il avait essayé de m’apprendre quand j’étais petit

Chema israel

Adonaï eloenou, adonai ehad

Écoutre Israel,

l’eternel notre dieu, l’eternel est un..

Moi, je trouve pas que c’est une phrase magique,

Mais j’y connais rien en magie des autres

03/07/2011

... flash forward....

….. et voilà, la fille aux bougies vient de partir, elle a une petite bagnole cafard noire, une C1 je crois, ça lui va bien à la grande sauterelle qu’elle est, on n’a rien fait aujourd’hui, on était HS elle et moi, j’ai traîné au lit en regardant deux ou trois épisodes de A la maison blanche, j’aime bien cette série, elle, elle lisait sur le relax dehors, elle s’est endormie je crois, il faisait chaud, très chaud, j’ai reçu plein de lettres chez moi ces derniers jours, j’étais étonné, on sait que je m’en vais au boulot, que je pars bientôt, les gens m’ont rien dit en face mais ils m’ont écrit, j’en avais tous les jours une ou deux dans ma boîte aux lettres j’ai pas trop compris, et puis j’ai lu et sans dec j’ai pleuré un peu, ils parlaient tous d’eux, évidemment, on ne parle que de soi

et on écoute les autres

si on arrive à être en paix avec soi même bien sûr

sinon on n’écoute personne

et je dois y arriver, sûrement,

ils parlaient tous d’eux

mais me disaient l’importance que j’avais eue dans leur vie, j’ai jamais cherché à être important,

je m’en fous réellement,

depuis pas mal de temps,

et archi complètement

ils parlaient tous d’eux, me disaient que j’avais modifié quelque chose, c’était très touchant, c’était des sortes de lettres d’amour, plein d’un coup, j’ai jamais cherché à me faire aimer, y’avait plein d ‘anecdotes que j’avais oubliées, mais bon j‘oublie tout aussi,

j’ai un peu mal à la tête à nouveau, ça me reprend, la télé est allumée, c’est un vieux film avec guy bedos et claude brasseur, un film orange,  je regarde pas vraiment, je vais aller ^prendre de l’aspégic et du paracétamol, tout ensemble , deux de chaque,

demain, je dois partir tôt, je dois aller loin pour le boulot, une réunion de grands chefs dont je suis maintenant, j’y passe toute la journée, on déjeunera sûrement dans un restau quelconque,

notes de frais

j’aime pas ça bouffer dans un restau ou alors seul, j’aime lire en mangeant ou regarder une série, je comprends pas trop qu’on mange avec des gens, je préférerai qu’on pisse ensemble, j’aime pas lire quand je pisse, ça me dérangerait moins….

.. je me suis demandé si j’allais pas aller dans une synagogue, je sais pas si on fait des sermons dans une synagogue, je m’en souviens plus, j’ai envie d’écouter un type qui pose des questions, n’importe lesquelles, j’ai envie d’être assis au milieu des gens, anonyme, j’ai trop été au centre de tout cet amour ces derniers jours,

je suis pas fait pour ça je crois,

je sais pas quoi faire de l’amour qu’on me donne

je sais pas si ça se met en carton avec le reste,