Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2011

... shana tova.. (et reviens vite)...

 

………………….et puis bien sur, je suis rentré dans la nuit, j’ai juste dormi deux heures, j’ai jeté en vrac dans la salle de bains tout ce qu’il y avait dans ma valise, avec le pied droit, j’ai fait deux tas, tout ce qui est vaguement blanc et tout ce qui est vaguement noir,

pour les lessives

tu sais

J’en ferai une demain main, et puis l’autre je sais pas trop,

C’est qu’il a fait chaud tu saïs, on aurait dit l’été ces derniers jours, je suis rentré de mes trois jours ailleurs, je suis passé par paris, tout le monde sentait le moite dans le métro, on se la jouait pas on transpirait trop, la fille aux bougies est venue me chercher dans la petit gare où j’habitais avant,

avant l’été

j’adore son jardin, j’ai sorti l’iphone, j’ai vite fait pris une photo des couleurs de sa vie, tout est flou mais on s’en fout,

photo.JPG

c’est beau chez elle

c’est une roulotte de clown

je suis rentré de mes trois jours ailleurs,

un séminaire

hahaha

dans la pénombre du bar de l’hôtel, à midi, tu es venue,

on n’est pas resté longtemps, c’était une petite heure volée,

à droite , à gauche

c’était la première fois qu’on se voyait,

ça fait des années qu’on s’écrit ou qu’on se parle au téléphone, tu m’envoies un texto avec juste écrit bip, et moi je t’appelle, on parle vite et toi et toi, on n’a pas beaucoup de temps, jamais

au téléphone

là on se voyait en vrai

tu as commandé du vin blanc, tu parlais, j’écoutais pas trop, tu le savais,

je te regardais, j’essayais de lire dans ton corps réel,

ta bouche

tes yeux,

le haut de tes seins

tes pieds dans ces chaussures à lacets,

tes ongles de vernis blanc,

j’essayais de lire dans ton corps réel l’empreinte de tous les mots écrits,

l’histoire parallèle

je ne t’écoutais pas trop,

je suis volubile tu as dit

j’étais pas sur que tu étais très à l’aise

peut être, j’en sais rien

moi parfaitement

je t’ai pris la main,

la première fois elle était froide

la seconde elle était douce

c’était une heure volée

à droite, à gauche de la vie,

il faisait chaud dehors, c’était l’été, la veille tu m’as envoyé cette musique

c’était rosh hashana

tu y as pensé,

et puis y’a mon amie d’amsterdam qui y a pensé aussi

j’ai pas pu l’écouter hier, l’iphone  voulait rien savoir

là j’ai dormi deux heures, ma nuit est finie,

J’écoute ça en boucle


podcast

je suis rentré dans mon mini manoir,

je ne sais pas si on se reverra

peut être, une autre heure volée

les heures ça se vole

ça se glisse dans la poche

on les range sous l’oreiller

on les ressort la nuit

à force ça fait des trésors

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.