Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2011

....still life talking....

 

.. et puis je suis pas sûr que ça t’intéresse encore mes nuits d’insomnie,

Bien différentes d’autrefois,

 Bien différentes

Oh oui, je suis pas sûr que j’ai encore des chose à me dire à travers toi, j’ai l’atlantique à traverser en apnée, ce boulot c’est ça, traverser en solitaire et sans respirer une seule fois le plus grand océan de l’univers et pas crever avant la lumière au bout du tunnel..

J’y gagne quoi en fait ?

J’en sais rien, la preuve que oui, je suis une bête de course à ce niveau là, qu’il n’y avait de leurre à mon sujet, je suis capable de ça, je sais faire, je dis pas seulement que je sais faire, je le fais.

Bon, j’avais besoin de le savoir ?

Surement, sûrement,

 je me demande à quel moment ce besoin s’est créé.

Je me demande à quel moment  ça s’est produit..

J’ai rien fait de ce qu’on attendait de moi, j’ai tout lâché très vite, j’ai rien fait que trainer le long des murs des banlieues, j’ai rien fait que d’inventer ma vie parce que j’en avais rien à foutre des autres vies devant là, boulonnées de part et d’autres en suivant une gamme de montage qui ne me concernait pas..

J’ai traversé la peinture à la térébenthine avec la fille au visage de weermer,

…………je revois ses yeux là en t’écrivant, je revois sa douceur, j’ai ses dessins là en bas, enfin quelques unes tout en délicatesse, tout en subtilité, je lisais

the beautifuls losers

de leonard cohen

en buvant de la tequila rapido avec salvador dali, je traversais deux accords de guitare mineures sur des routes d’Ardèche, je niquais au croisement des hasard quelques jeunes filles très consentantes en sueur, j’écrivais à la plume sur du papier beige les fulgurances messianiques d’une autre monde.

Est-ce que quelqu’un saurait filmer l’intérieur de ma tète, ?

Mes mots n’ont plus la focale,

Et aussi je crois que celle que j’ai rencontrée dans un bar lounge le mois dernier me manque,

J’ai envie d’être allongée près d’elle

De sentir sa chaleur

Et qu’elle me parle

J’écoute john scotfield en ce moment précis .

John scotfield a joué avec pat metheny

Pat metheny etait le pote du mec de la fille au visage de musaraigne.

Quand il allait le voir, quand il allait jouer avec lui, la fille au visage de musaraigne me téléphonait, elle me disait ,

-     j‘ai acheté un pull pour te plaire, j’imagine que tu me baises,

j’aurai du lui chuchoter  t’es une vraie petite salope à l’oreille, j’ai compris plus tard qu’elle attendait ça, j’ai compris plus tard qu’elle attendait d’être ma pute, elle m’a dit

-     encule moi,

une fois dans un hôtel au bord de la mer, elle m’a dit

-     je t’aime à la passion,

elle m’a dit

-     encule moi, c’est la première fois tu sais,

et puis elle m’a dit, il faut que je téléphone à mon mec…

Je suis sorti,

l’hôtel était sur le bord de mer,

je suis entré dans un troquet un peu sombre, y’avait de gens qui jouaient aux cartes sur la table du fond.

Poker.

Mon père etait un champion de poker, tournoi et tout ça.

J’aime jouer à rien du tout.

J’aime lire des livres et les réécrire ensuite.

J’aime les grands tableaux avec des pinceaux trempés dans l’acrylique en écoutant keith jarrett,

J’aime pas jouer aux cartes ni à rien.

Je venais d’enculer la fille au visage de musaraigne. Elle téléphonait à son mec, son mari. Elle devait encore sentir ma biten dans son cul.

Ca devait la faire jouir.

J’ai compris ça après.

Maintenant, je saurai faire.

J’en ferai ma chose.

Elle s’endormira en bavant sur mes couilles.

 

……….je faisais rien de ma vie parce que justement il n’y a rien à en faire.

Le bonheur est dans la compréhension de ça.

C’est le seul secret.

Et puis, je sais pas.

Peut être un jour je me suis dit, mec tu te mens pas ?

..peut être j’en suis pas sur..

Alors je voulais montrer à papa tout mort que oui, j’étais un champion, aussi,

Que je savais gérer tous ces gens, que je savais être le maitre du monde …

J’ai pris ce boulot de grand chef à bout de bras.

Je le tiens à bout de biceps gonflés.

Oui, je suis un champion et …………

………………………..et puis la fille aux bougies est venue hier soir,

Elle a préparé une soupe marocaine très relevée, une assiette de raisin avec des abricots secs et des dattes et aussi des trucs comme ça, elle a acheté la baguette épi qu’est toute bonne à manger, elle aa llumé des bougies partout, elle a été prendre un bain chaud dans ma baignoire, on a mangé en regardant plus belle la vie, elle s’est allongée toute chaude sur le canapé contre moi

Elle m’a dit,

-     tu me lécheras la chatte et puis je regarderai quand tu rentreras en moi ?

-     Ca t’exite ?

-     Oh oui, elle a dit

On était fatigué

Il fallait qu’elle rentre chez elle soixante kilomètres dans le brouillard, elle est partie dans la nuit, je me suis endormi presque tout suite

Lourd comme un cheval mort

Que je t’aime

J’ai écrit sur un post it : compte rendu du conseil d’administration

J’ai écrit : prévoir la structure de fonctionnement de l’année, j’ai écrit : trouver du temps pour lire le gros dossier,

J’ai pensé récupérer un portable neuf, je viens de commander six eee asus, j’ai vu qu’ils étaient arrivés, qu’un technicien les configurait….

Mes secrétaires me préparent le café, on le boit ensemble le matin.

Yen a une qui m’a dit -ah, j’ai répondu à votre mail sur la commande compliquée.

-     J’ai vu j’ai dit

Elle a dit

-     j’ai pas écrit que je vous faisais plein de bisous à la fin

-     Non j’ai dit, laissez jamais de traces écrites

Elle a rit une demi minute et j’ai vu dans son regard que cette demi minute était une porte ouverte à tout

Elle avait mis ce petit chemisier noir qui lui collait aux seins,  elle a un  corps superbe.

Elle a rêvé sa vie une minute.

J’ai dit  

-     au taf les filles, on ferme tot ce soir 

Elles ont ri et sont retournées derrière leur bureau.

J’avais trente cinq mails,

J’ai pensé à la personne à connerie massive

J’ai pensé au temps d’avant

Je me suis dit on vit maintenant.

J’ai mis mon écharpe bleue avec une courbe majestueuse.

Remplir le présent d’élegance
Elegance.

18/11/2011

.. as wichita falls...

….. et puis tu vois, sur la chaîne super top classe que m’a offert l’autre type qui est venu là avec celle que j’aime tant, ce vendredi après midi du 11 novembre,

il faisait brouillardeux

chez moi, ici, c’est toujours le brouillard, ici, c’est toujours un peu perçant dans les os,  une froideur mouillée,  qui pointe son dard le tout petit matin quand je traverse les quelques mètres  sous les branches des sapins, enfin j’en sais rien,

des arbres comme des sapins,

avec les aiguilles qui tombent des fois quand il fait chaud

mais il fait jamais chaud

Alors tu vois sur cette chaîne j’ai mis le truc de part metheny avec lyles mays,  ce truc qui dure des heures,

enfin  au moins vingt minutes

As wichita falls

So falls wichita falls

Oh putain de titre

J’ai pas écouté ça depuis je sais plus,

mais en ce temps là la terre était un jardin

                          et le soleil du bubble gum

Enfin sûrement, on invente encore et encore le temps d’avant, pas moi, pas moi

J’ai mis ça hyper fort,

As wichita falls, machin truc wichita falls

C’est vrai que le son est fait de chair et de muscles qui sentent sous les bras,

C’est vrai que les basses te bousculent les entrailles,

C’est vrai que les aigus te musiquent l’horizon, c’est vrai que les mediums ont des seins de putes slovaques

Ça tourne dans ma tête au moment pile ou j’écris, je n’entends même pas les voyelles, les consonnes s’oublient dans leur slip, y’a que de la musique ici,  le salon en est plein

J’ai mis ça parce que j’ai pas sommeil,  il est pas tard, j’ai eu une journée harassante, trois réunions d’affilée à tenir des personnes qui partent en vrille,

Je cherche pas à plaire ni à déplaire,

Juste je m’en fous, mais bon, faut régler tout ça,

Je suis rentré presque à la limite de l’énergie nerveuse

Mais ça m’est passé, allongé sur le canapé, j’ai mis le grand journal mais j’ai pas regardé, je dormais un peu je crois, et puis plus belle la vie, j’ai émergé à la fin de l’épisode, j’ai éteint la télé, j’ai pris ma guitare noire, la Cort à corde nylon, j’ai plaqué deux accords

 

Tu peux pas savoir comme c’est doux de jouer là dessus

Je suis sûr que te caresser est  pareil

Le morceau monte dans l’acmé, ; le point d’équilibre avant sa résolution,

Souviens toi

As whichita falls

Juste avant que tu jouisses

Sa falls wichitas falls

Et t’en a plein les mains

Ou plein la bouche

Ou le ventre

ou le cul

as falls wichita

amour

07/11/2011

... in the beginning.......

 

… et puis, j’ai mis la version de Jim Hall du concerto d’Aranjuez, j’écoute ça sur ma tablette archos pas chère et y’a un type qui vient vendredi qui supporte pas le son pourri de mes trucs, il m’a acheté des enceintes et un ampli de genre spécialiste fondu du truc,  une marque je connais même pas, des dillon je crois, l’ampli une autre marque, il a été chercher ça je sais pas où dans une boutique spécialisée remplie de fondus comme lui du son et des graves enveloppants et des aigus en robe de soirées dior,

moi je vois pas trop la différence,

 je la vois pas du tout en fait,

dès qu’une fille est en culotte j’oublie même son prénom, je l’appelle d’office salope, elle m’appelle mon mec, et on devient de la musique, on tourne pas autour, on transpire dans les souffles  musqués qui se branlent  de l’élégance…

Bref, y’a ce type qui vient m’apporter tout ça vendredi alors que je ne lui ai rien demandé, il veut me faire plaisir, il paye tout, y’en pour compris sûrement pas loin de mille euros, moi quand ça dépasse trente euros, j’achète pas, mais bon, il vient me poser ça vendredi, j’écouterai la semaine prochaine le concerto d’Aranjuez avec des graves en or massif et des aigus en pointe de diamant quatre vingt carats et si la fille aux bougies est là, je glisserai un doigt tout mouillé de salive dans la petite rondelle serrée de son cul comme hier après midi  quand elle s’est allongée près de moi alors que je lisais les tableaux excels du comptable, elle m’a dit : direct ?, j’ai dit –je bosse là, je fais pas de la littérature, alors elle s’est mises à quatre pattes, c’était plus simple pour le direct et même si y’avait un truc que je comprenais pas dans la section investissement, je sentais bien qu’un deuxième doigt était possible vu la façon dont elle s’agitait……

Ensuite on a mangé de la paella en regardant la chaine parlementaire et j’ai bu un peu trop de gewurztraminer, elle est partie dans la nuit, on n’a pas vu les écureuils, je suis retourné au lit, ça sentait le fauve, je me suis endormi tout de suite, une heure après il était minuit, ma nuit était forclose, j’ai écouté le masque et la plume en podcast, j’ai noté sur un bout de papier : faire venir une quatrième secrétaire mardi pour la journée, j’ai des trucs à la bourre, je vais la scotcher devant la photocopieuse toute la journée, je la connais pas celle là, je l’emprunte à un de mes adjoints, j’espère qu’elle porte pas de culotte, ensuite j’ai regardé trois épisodes de weeds, la saison 7 et putain marie louise parker a ce truc qui rend la vie à portée de main, du coup je m’en suis foutu de mes tableaux excel et de la compta qui tombe pas carré, j’arriverai pas à me rendormir, le réveil c’est dans une heure, ensuite mini douche café et au boulot…

….. il est dit : n’oublie pas que tu vas mourir fiston, alors laisse toi envahir par le bonheur….

(il suffit d’écouter)

05/11/2011

..... les allemands étaient chez moi.... (on m'a dit résigne toi) (je n'ai pas pu)

 

….. et puis je viens de l’écrire dans un mail adressée à celle du bar lounge de ces quelques jours passés ailleurs il y a de ça déjà une quasi éternité,

une quinzaine de jours

ou trois millénaires

Va savoir

….. et puis donc je viens de l’écrire , je suis limite pleurer tellement je suis submergé de travail, j’ai ramené des piles de dossiers pour le week end,

……………………………….je me force là à ne pas me mettre derrière mon immense bureau dans l’immense pièce à coté,

à droite je crois en sortant de la chambre,

je suis encore paumé dans ma baraque sans fin,

je me force à ne pas y aller, je prends ces quelques heures dans ma nuit insomniaque pour essayer de me trouver un peu,

Je pulsionne en mangeant des tartines de confitures, c’est ma secrétaire,

j’en ai trois de secrétaires,

mais c’est celle de direction, qui m’apporte la confiture qu’elle fait elle-même, elle ressemble à une petite souris cette secrétaire, elle est toute menue avec une grande natte blonde, elle a une scoliose en plaques, elle a une tumeur au cerveau bien plus grave que la mienne, mais elle m’aime, alors elle a dit, je serai plus frotte que la maladie, je gagnerai cette baston là, on a du travail tous les deux, et il faut que je vous amène mon dernier pot de confiture, ce sont les derniers fruits là, elle est venue hier matin à sept heures,

moi j’y suis tous les jours à six heures

La fin de la nuit, le début du jour est tranquille, bien avant l’arrivée des équipes de nettoyage, je mets la radio sur l’iphone, je signe les parapheurs, je lis le courrier de la veille, je sors mon agenda, je récapitule sur une feuille blanche toute neuve ce que j’ai à faire dans la journée, je hiérarchise,

…………………….ensuite elles arrivent mes trois secrétaires entre sept et huit, elles commencent à neuf heures mais elles viennent plus tôt depuis quelque s semaines, je leur ai dit - mais pourquoi vous venez à cette heure ? elle m’ont dit, - on est plus tranquille comme vous pour travailler, et puis on aime bien depuis que vous êtes là,

Alors elles préparent un café, elles se pointent toutes les trois à ma porte avec les tasses :

-         on peut, monsieur ?

-         oui, je dis,

on s’installe tous autour de la table de réunion dans mon bureau, tiens je viens d’en commander une nouvelle de table, celle là a une tronche en biais pourrie,

………………………..elles s’installent toutes les trois autour de la table et on boit le café ensemble doucement,  elles rigolent, elles se racontent des trucs, j’essaie de ne pas leur parler taf, j’essaie de ne pas casser ce petit moment volé, je sais que j’ai autre chose à faire, je sais que si je viens si tôt c’est pour avancer le boulot, mais bon, quand y’a la vie qui se pointe avec leur frimousse souriante, je mets le reste entre parenthèses…

……………………………J’ai mangé toutes les tartines de confitures à l’instant, j’avais pas faim du tout, mais je voulais un truc doux et sucré, je suis fatigué et un peu dépassé par cette masse de boulot, j’ai ramené tous ces dossiers, il faut que demain, main j’en liquide quelques uns, y’ en a de très urgents

genre avec échéance,

genre le monde va exploser si c’est pas fait,

genre la civilisation tient dans mes fichiers words…

Je suis pas arrivé techniquement à bout des power point mais y’a un de mes adjoints qui m’a dit - envoyez moi les données, je vous mets ça en forme, j’ai dit - OK, je vais faire ça demain, récapituler tout ça,

il sortira les graphiques, les flux, les bazars, ce genre de conneries dont je m’étais mis à l’abri jusque là….

Je vois très peu la fille aux bougies, juste le week end, demain soir, on file à la ville, on est invité à un truc de cirque acrobatique, je crois, je sais pas, c’est un cadeau, un spectacle de je sais pas qui, on a dit oui, mais on a pas envie en vrai, on a envie de rien d ‘autre que de lire tranquille dans le silence de mon immense manoir, de regarder les écureuils par la fenêtre, j’en  ai trois dans mon parc, un avec une grande queue, on l’a appelé Rocco, et puis deux autres plus petits…

On m’a piqué dans mon garage les bouteilles de champagne que je gardais, ma maison est toujours ouverte, je ferme jamais rien, je m’en suis pas aperçu tout de suite, je l’ai su par quelqu’un dans un troquet qui a entendu des gens se vanter d’avoir cambriolé la grande maison dans le parc,

c’était la mienne

Je m’en étais pas aperçu, je te l’ai dit

Ils n’ont volé que ça je crois, j’en sais rien,

…………..je sais pas si je vais chercher à savoir qui c’est, ça m’a fait drôle de savoir que des gens se baladait chez moi en mon absence,

Je vais faire une photo de ma bite,

Je vais la retoucher avec Photoshop

Je vais en faire des tirages de 4 mètres sur trois

Je vais scotcher ça au mur

Si les voleurs reviennent, ils sauront à quoi s’en tenir

Je vais mettre en légende :

Si je vous chope je vous encule

On verra les candidats

 

 

PS : penser à commander du gel