Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2012

..loreleï... (non je rigole)...

 

… et puis, j’aimais le café avant ?, oui, sûrement, je l’aime ce matin en tout cas, j’ai fait un double senseo, je suis remonté au lit j’ai allumé la radio, France inter, ils parlent des victoires de la musique, je sais pas trop ce que c’est, un truc genre les césars sûrement, hubert felix thiefaine qui a gagné je sais pas quoi, peut être un ours en peluche rose, ils passent une chanson de lui, limite écoutable, hubert felix thiefaine est très chiant à écouter, comme il est vieux et va peut être mourir on lui donne un ours en peluche rose

ou bleu ?

j’ai pas la radio en couleur

 

c’est pas lui qui a fait lorelei ? comme chanson, j’aimais bien Lorelei, il y a trois siècles,  mais ce doit être la seule chanson écoutable de lui, peut être c’est le prix d’un ours en peluche, il y a avait une autre chanson qui s’appelait lorelei, je m’en souviens plus bien, c’était un drôle de disque de jacques higelin, j’avais été le voir à bercy, un truc bien surdimensionné il devait avoir la tête gonflé à l’hélium, je ne me souviens plus avec qui j’étais à l’époque, quelle intimité foufounesque mais y’avait eu un morceau improvisé d’une inouïe beauté d’higelin ce jour là, enfin improvisé, sûrement pas, tous les musicos jouaient y’avait un jeu de lumière démesuré, j’avais cru que j’allais passé de l’ autre côté, j’aime pas trop les chansons d’higelin en général, je veux dire les deux tiers sont à jeter ou à envoyer à emmaus, mais il a des moments qui surclasse le réel, ça ne passe pas sur disque, c’est pas ses impros verbeuses et sans fin non  plus, non, ça c’est juste souriant, agréables, mais bon, on a tous été comme ça un moment ou un autre, non, higelin dans un trop plein fourre tout a quelques petites merveilles.. mais y’avait pas higelin aux victoires de la musique, je crois, je sais pas je dormais, j’ai dormi une nuit entière, une nuit normale..

je me sens bien ce matin, je suis guéri là,

je ne suis pas mort

ce qui veut dire qu’il va falloir que le rattrape tout le boulot que je n’ai pas fait ces jours de disparition progressive de mon âme, ;

ces jours d’effacement de ma réalité

… là ça m’amuse moins, là j’ai envie de mourir brutalement

une manœuvre d’évitement comme une autre

mais bon, je ferai avec

ou sans

je me sens bien physiquement,  je n’ai plus l’esprit instable des marais fiévreux, je n’ai plus un corps incertain, je n’ai plus de question existentielles de perspective, je suis vivant, sans trace d’aucun combat, sauf ce visage terreux, ces cernes hypnotisantes,

j’ai envie de me refaire un café, je sais pas si je vais sortir un peu, aller au centre ville de village du trou du cul du monde, voir cette curieuse population méfiante ,  ils se ressemblent tous, je ne crois pas, non, je ne vais pas bouger d’ici, peut être mettre les pieds dans mon immense bureau à coté de la chambre, un pièce très lumineuse, avec trois pôles, chacun une table bureau, je te l’ai dit cette pièce est immense, au centre une table de jardin avec soin parasol jaune, deux .chaises longues relax, des enceintes bien placées, une superbe lumière, trois ans des premières années d’abraham (2004.2007) imprimées et reliées en quatre tomes, jamais relues, j’ai la flemme de faire la même chose pour la suite,

-mes mémoires que j’invente que j’ai relu un peu hier et qui n’ont aucun intérêt je crois,

-deux cent pages d’un  truc qui s’appelle hisper,

-et aussi la dépression nerveuse de madonna, il en manque quoi, vingt pages pour clore le truc,

-y’a aussi Atam, un centaine de pages en vrac d’autre choses,

-Killing John, j’en ai un paquet de feuilles de ce truc mais je ne me souviens, plus de ce qu’il y a dedans,

-Lili, un cinquantaine de pages d’une jolie histoire,

-une vingtaine de nouvelles pour la plupart déjà publiées,

 -un bouquin aussi publié mais sans grand intérêt sauf que je cherchais  le rythme synchrone c’est là où j’ai commencé à le trouver,

-un disque dur avec des centaine de megas de textes jamais relus, jamais imprimés, si ça se trouve même plus lisibles, j’en sais rien,

il faut que je trouve un moyen pour que personne n’ait accès à cela si je meurs dans un coma solitaire comme ça m’est presque arrivé ces derniers jours…

peut être une option sur un Cloud quelconque, rien chez moi, juste un login et un  mot de passe codé

qu’a laissé abraham ?

rien

un instant encore et tu auras tout oublié

un instant encore et tu sera oublié de tous (Marc Aurèle)

..

bon un autre double café senseo ?

Les commentaires sont fermés.