Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2012

... when doves cry...

 

.. et puis je me suis endormi clair et net après un bain chaud, moussant, silencieux

-          Vous écoutez Mozart dans votre bain ?

Elle m’avait écrit une fois

Niet madame, je n’écoute pas mozart dans mon bain, dans mon bain j’écoute la radio ou alors je regarde sur mon tel samsumg Plus belle la vie en Pluzz replay quand j’ai loupé un épisode pour cause de conseil d’administration ou autre connerie, indépendante de ma volonté chérie, indépendante..

………………………alors mozart, surement pas, surtout que mozart, vraiment non, c’est pas ça, plein de forfaiture et d’apparat, plein de bling bling en doubles croches, mozart est le quasi emblème inconscient de tous ceux dont le vide intérieur ne ressemble à rien d’autre qu’à un article de télérama,

Echelle de valeur comprise ;.

-et que connaissez vous de mozart lui ai-je écrit,

Cette femme, au corps magnifique et aux yeux bleu verts, m’ écrit donc quasi tous les soirs de la semaine, à 21 h précises, son premier mail bip bip mon samsung

Oui, le même que celui de Plus belle la vie

Et tu as vu, dans plus belle la vie,  babeth est revenu voir patrick à l’hôtel select pour recoller les morceaux, tu sais il a couché avec cette connasse de mathilde au mas Ballister et du coup babeth elle a voulu divorcer et puis bon je vais pas tout te raconter, juste te dire que leur appart, j’aime bien, vraiment,

Un moment il m’a rappelé celui de Friends, tu sais, avec la verrière dans le fond, tu sais, friends, ça tournait en boucle

Il était une fois et des poussières..

Oui, ça tournait en boucle les dix saisons de Friends

-          Et que connaissez vous de Mozart ?

Il n’y a que le requiem qui trouve grâce à mes yeux, de Mozart, même si je le mets encore un peu amateur à côté de la Passion selon saint jean (et PAS selon saint Matthieu) de bach, la version de Lausanne, Corboz Michel…

-          Et que connaissez-vous de mozart ? petit madame au cul splendide qui m’a laissé lui glisser une fois un doigt dans l’anus, un jour de juin….

Elle me réponds, le concerto pour clarinette et je percute immédiatement ce petit bouquin de Christian gailly, qui me ramène dans la cuisine de ce petit appart du Sentier, pas loin du metro Bonnes Nouvelles, à l’époque, je zonais encore un peu avec quelques personnes qui depuis se fait un petit nom, voire un grand,

Tu les connais surement alors je vais pas les nommer

Je me barre toujours de tout

Tout  me fatigue vite je crois,

J’aime juste survoler la vie

J’aime juste gouter ça et là le gout des salives troublées

J’aime mettre les mains dans les culottes,

J’aime coïncider parfaitement aux secondes immédiates,

-          Le concerto pour clarinette, elle me dit

Et je percute le K 622, le petit bouquin chez actes sud de Christian Gailly, un petit bouquin très léger sur un type qui a écouté un jour le K 622 de mozart et qui tente de retrouver cette infime émotion et qui se perd dans des absurdités d’imbécile de cinéma muet,

Entre pierre richard et jacques tati

Mais juste avec des mots..

Christian gailly, ça va un temps,

Le temps de ce bouquin , après tous les autres bouquins sont toujours les mêmes, à trois virgules près,

Un peu comme toi et moi, 

Mais nous, on se la raconte pas, on écrit juste sur des blogs ou des carnets noirs et on s’en fout de qui vient lire ou pas

Mais on lit les mails reçus, on y réponds froidement un peu au début, on attend

Et puis au fil du temps avec ces inconnues,

Oui des femmes

Avec ces inconnues petit à petit quelque chose d’essentiel qui s’insinue jusqu’à l’intérieur,

Et bien sur j’ai eu envie de leur mettre des mains dans la culotte à ces filles

Et des doigts mouillés entre les reins

Parfois même je l’ai fait,

Mais au-delà de la sensation première et électrisante

(la jouissance du doigt qui s’enfonce)

Petit à petit quelque chose s’insinue..

Et tu vois, ces filles là,

Une deux trois,

On finit par s’aimer vraiment et vraiment vraiment

« du plus fort de mon amour » m’a écrit l’une, voire l’unique surement…

Tu vois, l’infini est une boucle,

Et comme disait Satie

Erik Satie,

Caressez un cercle et il deviendra vicieux

On peut dire nous,

Caressez des mots et vous jouirez

Ou quelque chose comme ça…

… je me suis endormi net et clair après le bain chaud et moussant..

Je me suis réveillé il y a un peu moins d’une heure

J’ai mis trois morceaux de Prince en boucle : purple rain, kiss et when doves cry

On est samedi, il 14 h57 sur mon ordi packard belle relié au monde par un neufbox SFR

Je suis dans mon immense salon

Je vais faire comme chaque jour

Etre parfaitement heureux

 

 

 

Les commentaires sont fermés.