Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2012

..ICU...

 

.. et puis, tu sais le rêves, putain, ça s’explique pas, ça s’évapore d’un clignement de souvenir perdu, mais des fois, c’est presque nickel niveau sensation et jamais j’aurai cru que cette presque nickel sensation serait venue de lou doillon,

Fille de je sais plus trop qui, jane birkin, je crois, vieille dame qui sent peut être mauvais, et de doillon, le metteur en scène hyper chiant qui est absolument adoré par tous ceux qui n’ont rien d’autre à faire que d’aimer doillon et l’enfilage de mouches virtuel et argentique, version subtilité (la réminiscence de l’odeur du gel sodomite comme celui de la grand-mère quand on était petit)…

.. bon, on revient à la lou doillon , j’ai été voir à quoi elle ressemblait exactement sur google image, et oui, je l’avais déjà vue, mais dans mon rêve, ben c’était pas elle, juste la forme générale du corps, mais la fille aux bougies est le même genre de sauterelle….. elle était un peu blonde aussi.. je savais pas trop ce que je faisais là, autour de cette table, y’avait du monde qui ne me concernait pas,

Comme dab

Et puis cette fille parlait en me regardant, juste parce que je la regardais je crois

L’amour est réciproque a dit l’humoriste jacques lacan

Les regards aussi sont réciproques..

Elle parlait et puis à un moment, ça a été évident,

-vous êtes lou doillon j’ai dit

Je tutoie personne

Enfin le moins possible,

Pas de signe extérieur d’intimité

-          Oui, elle a dit..

j’ai du lui dire avec des mots sculptés que j’aimais bien l’écouter, surtout la voix qui colle pas la mélodie, un peu décalée, une ligne qui vit sa vie, une voix banale, mais avec des cheveux longs qui s’agitent sur le dos, juste avant les reins..

ce truc qui me trouble, tu sais,

la fille au visage de musaraigne avait ces cheveux là, noirs et longs, sur son corps nerveux de sauterelle,

il y a mille ans et des poussières

j’ai du lui ça à cette lou doillon inventée et puis, je sais plus, les rêves font ce qu’ils veulent,  des adolescents oubliés de leurs parents, et je me suis retrouvé dans mon lit parce qu’il faut que je dorme, c’est le gimmick des insomniaques, le riff des poches sous les yeux

il faut que je dorme

à un moment ou à un autre

et bien sûr,

putain dans les rêves je suis un héros,

des fois,

pas toujours

elle est venue me rejoindre

aucune lascivité, non, juste du naturel,

elle parlait un peu, timide, de ses chansons, elle s’est allongée également, moi, je savais pas,

bon c’était un rêve, mais quand même, je suis pas là pour faire chier les gens,

en chien de fusil,

allongée tout contre, je te dis, j’ai passé ma main sur son ventre,

……….

et puis tu sais quoi ?

Tu t’en doutais ?

elle est parfaitement épilée…

 

Les commentaires sont fermés.