Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2012

..ode to billie joe...

 

.. et puis hier, samedi, cette fatigue un peu sale, je n’ai rien fait, tu sais qu’une soupe au potiron, j’en avais acheté un entier, et putain c’est chiant à couper, c’est chiant à dépiauter, et puis en fin de course, avec des poireaux et des pommes de terre, et puis, en fin de fin, la soupe n’est pas très bonne,

franchement,

elle est orange mais pas très bonne…

j’en ai fait une gamelle pleine, je vis dans cette lumière un peu indirecte, tu sais, dans une semi pénombre la plus chaude possible, je vis seul sans besoin d’une autre envie,

mais la soupe au potiron n’est pas très bonne quand même,

j’ai lu KMS ce matin, dans la nuit, quatre ou cinq heures, je sais plus, il avait écrit sur twitter qu’il avait mis quelque chose de conséquent, d’un peu moins épisodique, d’un peu plus goûteux que ma soupe au potiron sur son blog

orange et quasi sans goût,

et j’ai lu l’ode à billie joe, et j’ai souri parce que je me suis fait, y’a deux ou trois semaines une play liste de toutes les versions que j’ai pu trouver de Marie Jeanne, ode to billie joe, j’écoute en boucle la play liste que je fais des versions des mêmes chansons, j’ai one more cup of coffe, j’ai first we take manathan, j’ai aranjuez, j’ai don’t let me be, miss understood, j’ai des trucs comme ça,

j’ai ode to billie joe, des tas de versions, à part joe dassin, je connais pas grand monde, je connais pas les noms, je cherche pas à les connaitre non plus,

je retiens rien, j’ai aucun souvenir, j’invente mes mémoires au fur et à mesure que je les écris,

et ma vie,

et oui, le texte de kms, c’est ça, je veux dire, cette chanson par joe dassin avait ce secret, tu sais..

celui qui n’existe pas

mais qui résonne en dedans comme s’il y avait un mystère,

une réponse,

enfin quelque chose chose quoi,

de l’ordre de la réponse au pourquoi,

elle jetait something du haut du pont, et putain on savait pas c’étai quoi, mais en tout cas, c’était la réponse,

il fallait peut être jeter des trucs nous aussi,

ou alors, on nous avait jeté,

va savoir, le truc que marie jeanne jetait, c’était peut être nous, et c’est pour ça qu’on se trouvait pas, tu sais,

pour ça qu’il manquait quelque chose,

putain,  marie jeanne l’avait jeté,

on avait la quasi réponse, enfin quoi, presque, on avait la direction, on avait du poids dans la vapeur,

quelque chose de moins trouble…

et puis marie jeanne, elle était en jean, elle avait des cheveux longs et noirs

PAS BLONDS PUTAIN,

elle avait ce tee shirt blanc,

 un peu large,

c’était la fille au visage de musaraigne, bien sûr, c’était la fille aux chaussures jaunes, c’était celle qui dans la petite chambre de mon studio secret quand j’avais six triple vies, c’était celle qui sur le fauteuil en velours tout passé rouge carmin, c’était celle qui allait lentement, si lentement, défaire le bouton de laiton du jean, oui chérie, sans me quitter des yeux, on voyait le haut de la culotte,

blanche

….dans la pénombre encore, la lampe est toujours là, je veux ce matin, à cote de moi, à coté de mon lit,

j’ai retrouvé le numéro de tel de la fille aux chaussures jaunes, j’ai appelé y’a quoi, un mois, j’appelle jamais personne, mais va savoir, j’ai fait ça…

elle était curieuse de m’entendre, elle était touchée je crois, elle habite très loin  d’ailleurs, c’est pas tout près d’ici non plus,

elle vient d’avoir un enfant,

elle s’est teint les cheveux en blond,

et ça je peux pas imaginer,

j’essaie même pas, 

on n’avait trop rien à se dire au niveau des mots,

on avait besoin de se respirer je crois, les deux, mais, y’avait ce loin, y’avait ce temps, y’avait aussi je sais pas, y’avait cette illusion, peut être..

j’ai raccroché sans regret,

je ne vis qu’au présent, il est aujourd’hui toujours,

et aujourd’hui, ma soupe au potiron n’est pas très bonne,

elle est au frigo, en bas,

j’ai un peu cette fatigue sale d’hier en moi, un peu mal à la tête, une peu de nausée, j’ai rien fait hier, j’ai besoin de transpirer un peu , j’ai besoin d’épuiser mon corps, j’ai regardé trois ou quatre épisodes d’Homeland dans la nuit,

j’ai écrit sur ma galaxy note 10.1, j’ai écrit avec le stylet, sur des feuilles jaunes, avec mon écriture illisible, j’ai créé des dossiers, j’ai configuré mes mails, j’ai fait de la soupe au potiron,

j’ai pas envie d’écouter la radio,

je vais faire une lessive,  repasser mon  linge,

passer peut être au bureau chercher le gros dossier de vingt centimètres à synthétiser,

je voudrais faire les plans aussi des travaux dans ma petite maison de la petite ile,

j’ai un peu d’argent, j’ai vu ça sur mon compte, j’avais deux cent euros en tout et pour tout il y a quelques années, je savais pas que j’avais pu économiser autant d’argent, de quoi refaire la salle de bains, la toiture de l’avancée, mettre une baie vitrée dans le salon, transformer l’appentis en petite pièce,

et aussi mettre du chauffage, putain

pas oublier le chauffage, 

j’arrête ce boulot de fou dans deux ans, trois maxi,

et après je sais pas, 

partir quelque mois là bas,

dans ma petite maison,

sur la petite ile

ou alors trouver un pont,

jeter quelque chose par dessus,

ou alors retrouver au fil de l’eau

le panier avec dedans l’enfant,

l’appeler moïse

et rigoler un  grand coup

bye

 

Les commentaires sont fermés.