Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2013

..of the north country... (no girl);;

 

... et puis voilà, le matin, pas trop tôt, il est sept heures et quelques, j'ai pris un aspegic, ce mal de tête ce matin clairement identifié

Le verre de rhum cannelle citron d'hier soir,

Je ne bois quasiment jamais, donc,

Evidemment

Il est sept heures et quelques, bu un grand café brulant, franc, investir ces quelques secondes de plaisir net, clair, s'y installer, ne rien laisser passer

Envie d'un autre maintenant, un autre café

Je suis sur mon nouveau matelas, la fille aux bougies avait raison, je sens clairement la différence, ce matelas cher est très bon,

La radio est allumée,

C'est arrivé tu sais,

J'y croyais moyennement,

Mais c'est arrivé

Une hypothèse absurde

Ben c'est arrivé quand même,

Quoi ?

Ce sentiment de solitude

.............il neige plein

j'ai dit à la fille aux bougies de ne pas venir ce week end..

 

.. Et puis ce quasi vertige de solitude, que se passe t il ?

Je m'isole de plus en plus,

J'ai dit à la fille aux bougies, - il neige, tu sais, il neige trop, tu viens pas, elle habite à une cinquantaine de kilomètres, moi dans le vide sidéral des champs sans fin, il y a trop de neige, on distingue même pas la route, -tu viens pas ce week end, elle m'a dit, -oui, j'hésitais aussi, elle repart généralement le lundi matin, très matin, quand la nuit est encore toute brumeuse, toute floue, on voit à peine la route, la toute petite route au milieu de nulle part, on peut mourir là sans écho quelconque dans les millénaires à venir,

-     tu viens pas, j'ai dit

-     ça va être long de ne pas se voir elle a dit

-     oui, j'ai dit, ça va être long

Depuis quelques jours, je me suis enfermé dans le placard de moi même,

Y'a que la guitare, la superbe guitare rouge rubis acérée que je viens d'acheter qui percute mon tressautement cardiaque, qui règle ma respiration,

je mets très fort quelques morceaux qui éclaboussent tout l'immense salon en bas,

je prends mon temps pour glisser la courroie autour des épaules, l'ampli est sur le max, le son réglé au millimètre, trois positions sur la guitare , le potar en haut, le son est doux, un peu ondulant, limite danse lascive, au milieu il prend de la confiance, il grogne, il a la voix cassée, les notes crachent un peu, menacent, en bas, on est dans la hargne totale, on est dans le barbare, on est dans la pulsion primitive..

Le morceau tourne, un blues rock, une chanson qui bastonne, je commence tout doux, je commence lointain, je suis étonné d'entrer comme cela dans cette zone, je suis très mauvais musicien, mais là, je sais pas, dieu m'a mis un doigt dans le cul, je suis un Autre

Ça respire bruyamment, ça chevauche musclé, je joue en oubliant que je joue, je glisse dans l'immédiat, dans le présent éternel...

……….et puis après, quand les doigts font mal, quand la conscience ouvre la porte et se glisse là dedans , quand je me rends compte, je pose la guitare sur son pied, je...

... ce quasi vertige de solitude maintenant,

ce vacillement

...

.. Aucun mail depuis quelques jours,

…………………………. Ce temps transparent

Les commentaires sont fermés.