Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2014

...qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre..

.. et puis j’ai noté sur mon smartphone avec mon doigt, tu sais, on peux écrire dessus en écriture manuscrite avec le doigts sur l’application SNote, j’ai écrit,

il se ressemblent tous, on a du mal à les distinguer entre eux, un peu comme les blacks ou les chinois, ..

..je les ai regardés à nouveau,

………….c’est une réunion dans la salle des fêtes, je ne sais pas combien de centaines de personnes il ya là dedans, mais c’est plein, très plein, y’a du monde assis, y’a du monde debout, y’a du monde dans le hall, on est dimanche après midi, il pleut gris, cette île ressemble brutalement à une banlieue métallique..

C’est une réunion de tous les insulaires pour lutter contre la multinationale, les politiques, le fric, le truc habituel, c’est une réunion étonnante, je veux dire se retrouver ensemble en sachant que c’est perdu d’avance, c’est très infantile et très chaleureux, je suis debout dans l’allée, d’où je suis-je vois la tribune, les cinq ou six personnes derrière la grande table qui nous fait face, le powerpoint videoprojeté sur l’écran,

Ils se ressemblent tous, j’ai noté sur mon smartphone avec mon doigt,

Et j’ai réalisé d’un coup ce que je venais de noter, ils se ressemblent tous, j’ai noté ce qui veut dire que moi, je suis l’Etranger..

… il y a des vies que l’on traîne comme ça, de déménagements en déménagements, de pays en pays, de langage en langage, on s’oxygène en étranger, on intègre ça de l’intérieur, on n’enfile aucun costume, c’est la peau qui est de cette texture là, je sais pas ce que c’est de ne pas se sentir étranger, que de ne pas l’être…….  

Je me suis forcé à aller à cette réunion publique, j’ai téléphoné à la fille aux bougies, elle m’a dit vas-y, tu me raconteras, j’avais pas envie, je veux dire, j’étais sur mon canapé, j’écoutais  Islands de ludovico Einaudi en lisant le dernier Donna Leon, à cause de Venise que j’aime tant, il y avait mon poêle à pellets qui faisait cheminée flammes dansantes, c’était tout chaud chez moi, avec mes couleurs ocres orange vert carmin sur les murs et partout, avec toutes ces lumières douces et indirectes, ces clairs obscurs qui ouatent l’après midi, je voulais pas trop y aller mais je ne veux jamais aller nulle part, alors j’appelle la fille aux bougies et elle me dit vas-y, tu me raconteras

Et j’ai réalisé d’un coup ce que je venais de noter, ils se ressemblent tous, j’ai noté ce qui veut dire que moi, je suis l’Etranger..

.. je les regardais dans la salle des fêtes bondée, ils faisaient bloc, tous ensemble.. je ne sais pas si ça allait durer, je sais pas quand les blocs se transforment en haine, je sais pas trop, c’est en lisant les livres et en vieillissant que je me suis aperçu que tout se transformait en haine…

 

.. et puis je vais partir mardi pour une quinzaine de jours, un périple qui va m’amener en Allemagne.. j’ai pas trop envie de partir …

Commentaires

J'apprécie vraiment votre blog , je me permet donc de mettre un lien vers le mien , je suis serrurier paris http://serrurierparis-infos.fr/serrurier-a-paris/

Écrit par : invité | 02/12/2014

a Hoedic à la Toussaint il y avait les mêmes réunions et des banderoles insulaires solidaires et d'autres un peu plus marrantes et on se sentait agglomérés au bloc.

Écrit par : cee | 09/12/2014

Les commentaires sont fermés.