Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2014

..time to time..

.. et puis tu sais, je vis complètement seul sur mon île, je veux dire je ne vois  personne, je n’ai aucun ami, je l’ai déjà dit, déjà écrit, je n’en ressens pas le besoin,  tu sais, je suis passé au bourg ce matin, j’ai ouvert la porte d’une boutique tenue par des gens que je connais depuis des années et des années, il n’y avait personne, on est hors saison, les gens ouvrent certaines boutiques  juste pour se donner une obligation sociale, juste parce qu’ils ont peur de la solitude, d’eux-mêmes,  donc j’ai ouvert la porte, j’ai dit bonjour ça va ? on m’a proposé un café, c’était sympa j’avais envie d’un café, le café était dégueulasse, je me suis dit putain je vais leur offrir une senseo, c’est quoi ce truc dans une casserole que tu fais réchauffer, j’ai rien contre les casseroles, elles ont leur utilité, mais bon, je suis pas difficile, j’ai pas de sommier, j’ai une maison de romanichel, une bagnole de mille ans en ruine, j’ai pas de meubles, que des caisses de pommes et des bouts de bois que j’ai cloués ensemble, je suis pas difficile mais non, en 2014, à la fin de 2014, dans trois semaines, même pas on est en 2015, du café dans une casserole , non, non, .. j’ai bu le café dans leur salon, une immense pièce, mais vraiment immense en hauteur, genre deux étages .. la cheminée aussi est gigantesque, on peut y mettre un tronc sans problème, y’avait une guitare aussi sur le coté, une copie strato, j’ai la même je crois, une ancienne que j’ai laissée chez la fille aux bougies..

Bon donc j’ai fait une tentative d’incursion sociale comme tu vois.. mais au bout de deux minutes, c’était bon, je m’ennuyais, j’avais rien à dire, quand j’ai rien à dire, je pose des questions, les gens adorent parler d’eux

moi j’écris sur un blog

…………….les gens adorent parler d’eux, j’écoute pas, je fais juste gaffe à ne pas poser deux fois les mêmes questions j’ai toujours un regard admiratif sur le décor, la coiffure, les vêtements, je fais que du bien quand on me rencontre, on se sent toujours bien après moi, on se sent exister, juste me demande pas de répéter ce que tu as dit, j’ai pas vraiment écouté, ne m’en veux pas, l’important c’est que tu le dises, que quelqu’un te le demande, que quelqu’un te regarde et trouve beau..

Moi, je m’en fous..

Je crois que je suis sincère, vraiment.

J’ai besoin d’écrire ici, j’aime bien quand deux ou trois (ou quatre ou cinq même des fois) d’entre vous m’écrivent  des mails, je reste en contact avec des gens entiers, avec une vraie intelligence, qui n’ont pas plus besoin de moi pour vivre que j’ai besoin d’eux mais c’est tellement mieux ensemble

De temps à autre

En passant luxueusement

 

.. et puis donc je vis seul et passe tout mon temps ici, sur cette petite île dans ma maison, y’a le temps qui s’évapore sur lui-même et finit par se mélanger à ses propres vapeurs et s’enivrer,  je sais plus trop l’heure qu’il est, je le note de temps en temps sur du papier, au stylo roller noir ou bleu, je note l’heure qu’il est, je retrouve donc de temps en temps des post-it avec

12 h 42,

17h29,

04h75,

32 h SEPT,

ça rythme bien les pensées je trouve, ça donne une cohérence à l’existence,  on sait qu’on était vivant à ces heures précises et c’est bien pour l’histoire de l’humanité..

… et puis donc y’a le temps qui se mélange, y’a la conscience qui perd ses pédales, les unes après les autres,

les consciences sont velocyclopediques et peu le savent,

y’a un peu tout qui se mélange et je me retrouve brutalement en sueur, les gants de boxe au bout de bras à cogner sur le punching ball comme on se venge de son enfance,

alors que je n’ai strictement aucun souvenir de mon enfance dont je me fous royalement,

cette phrase sert à te donner un point d’appui pour ta propre histoire, pour que tu trouves une excuse à ta nostalgie trop collante que des fois tu appelles déprime,

.. et puis donc je me retrouve en sueur et souriant, je regrette juste qu’il n’y ait pas un photographe mature pour flasher ce pur moment animal… je me retrouve en sueur et souriant et me dis que j’ai beaucoup aimé la cinquième saison d’engrenages, que la commissaire, laura, l’actrice caroline proust est foutrement craquante, juste qu’elle a l’air un peu sale, que ce serait bien si elle se lave les cheveux et la foufoune avant qu’on se croise, sur les rebords du monde que j’invente..

(si tu as dejà la foufoune propre tu peux venir)

Les commentaires sont fermés.