Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2015

.. the door is open slowly....

.. et puis, j’ai pris le bateau, le train, le métro, j’ai passé une nuit à paris chez ma mère, c’est étrange de retourner ne serait ce qu’une journée et demi chez sa mère, elle ne m’a jamais aimé réellement, elle a fait semblant, elle s’en foutait des enfants, elle était à une époque où elle était obligée un peu, je voulais être pharmacienne après mon bac, elle m’a dit, mon père m’a dit non, tu es une fille : tu vas te marier, alors elle s’est mariée, mais elle était pas faite pour ça, c’était pas son truc le mariage, les enfants, tout ça, elle a eu quand même envie d’avoir une fille, elle l’aurait élevée tout pour faire ce qu’elle n’avait pas pu faire, pour vivre à sa place, elle a eu une fille, youpi, c’était super, mais voilà la fille est morte, ça arrive les enfants qui meurent, c’était ma sœur, ma petite sœur, elle a essayé encore, mais zut voilà que c’était un garçon, bon tant pis, elle l’a habillé en fille,  j’ai des photos d’un de mes frères en robe, plein de fois, je veux dire c’était pas une soirée déguisée, il s’en sorti hétéro, il a déménagé dès qu’il a pu à l’autre bout de la France, il vient jamais, elle l’appelle tous les jours ou presque, je crois qu’il répond, j’en sais rien, ça fait des années que je n’ai pas de nouvelles de lui, je sais pas pourquoi, je m’en fous un peu, dans la chambre où j’ai dormi, y’a des photos de lui partout, sept ou huit et puis y’a une petite photo sur le haut de l’armoire avec le reste de la famille , en groupe, une toute petite photo, elle a l’esprit tranquille comme ça, même si personne ne lui demande rien, j’ai un autre frère, on s’entend synchrone, au quart de tour, il pense aux mêmes pulsations que moi, ça va vite, très vite, s’il a un problème il m’appelle, n’importe quand, je lui dis toujours t’inquiète, je vais tout régler, il le sait, je règle tout, toujours, il s’inquiète quand même, mon frère est un inquiet,

….pas moi………………

…. et puis j’ai pris le bateau, le train, le métro et encore le train et je suis chez la fille aux bougies, dans sa cuisine , en bas de sa roulotte à trois étages, avec son grand jardin tout fou… j’ai été faire quelques courses plus loin à la sortie de la petite ville de province où elle habite, j’ai marché beaucoup, j’ai regardé toutes les maisons, les grandes, les petites, j’ai imaginé les gens dedans , comme s’ils écrivaient un blog et que je le lisais, y’a un petit bois juste à coté, ils ont dézingués une partie, les trocs coupés, marqués de croix rouges ou oranges, un code secret des bucherons, j’espère qu’ils vont pas  construire des baraques là-dessus, j’ai traversé la ville pour aller jusqu’à l’Intermarché plus loin, à côté y’avait une chaine de coiffeurs, st algue je crois que ça s’appelle, je suis rentré, une fille toute jolie avec cette touche de vulgarité caractéristique des coiffeuses, m’a tout de suite pris en charge, elle m’a lavé les cheveux en me massant comme une névrosée qui se croit amoureuse me caresserait la bite, genre c’est le graal, genre on va fusionner toi et moi, genre pourquoi tu bandes pas ?........

C’était quand même foutrement agréable, j’ai fermé les yeux pour ne pas passer à coté du tout de suite, elle m’a servi un café et m’a pris douze euros, sourire compris…..

…. Il est midi et quelques, je suis rentré chez la fille aux bougies, elle est au boulot, elle rentrera tard ce soir….

.. j’écoute la radio, j’écoute toujours la radio, comme une parole qui m’envelopperait, il est midi et quelques, j’ai mangé deux clémentines, il pleut dehors, il fait très froid ici…

..ça m’étonne un peu tout ça..

Je veux dire, la vie, le temps, les autres….

Les commentaires sont fermés.