Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2015

... l'arménien (again)..

.. et puis j’ai été cherché ce matin le dossier sur l’ordi que j’ai rassemblé quand j’ai été pointer l’arménien sur google détective,  les photos, les articles, tous ces trucs là qui trainent dans le cyberspace, ces miettes, ces instants, bref, j’ai fait comme tout le monde, j’avais plus trop envie d’écrire sur lui, hier il a plu, c’est assez rare la pluie depuis que je suis ici, j’avais le tour de la fenêtre du salon à refaire, je sais pas scier une planche droite,

parce que je m’en fous je crois,

……………………je n’arrive pas à prendre réellement au sérieux la nécessitéde scier droit, je ne sais pas pourquoi, cela me semble loin de moi, j’essaie de me motiver, j’essaie de m’intéresser à ça, mais je crois qu’il y a une tache aveugle à ce niveau là, une sorte de point dépressif de la scie, et de tout forme d’outils, j’ai pourtant refait entièrement une maison, quasiment tout seul,  quand je dis entièrement c’est vraiment ça,
-j’ai soudé les tuyaux de cuivre pour amener l’eau,
-j’ai enfilé les uns dans les autres les gros cylindres d’évacuation qui pesaient des vies entières,
-j’ai branché des kilomètres de fils électriques,
-j’ai étalé mille tonnes de plâtre,
-j’ai mélangé des palettes de ciment avec du sable et des graviers,
-j’ai posé les bastaings, le chevrons de la charpente,
-j’ai monté des infinités de tuiles,
-j’ai posé des fenêtres de chêne, des portes de récupération,
-j’ai peint, pissé, vomi, sucé mon sang,
...........................j’ai construit ma maison tout seul, l’Arménien a du me rejoindre sur la fin, il sentait bien que c’était le prix à payer pour que je l’héberge, j’ai jamais fait payer qui que ce soit pour loger chez moi, j’ai hébergé des dizaines de personnes, vraiment des dizaines sans jamais rien leur demander, j’ai aussi un point dépressif avec l’argent, j’ai hébergé des dizaines de corps flasques et zombies qui jouaient du cynisme pour masquer leur nullité, j’ai jamais jugé personne, jamais classifié, je suis pas le maitre du monde, je suis pas chargé de le mettre en ordre…

…………………Un jour

…………………………un jour j’en ai eu marre, un jour je me suis levé pour aller bosser, y’avait tout le monde qui dormait partout, j’était jeune et souple de corps, y’avait tout le monde qui dormait, j’ai fait mon café, j’ai renversé ma tasse, y’en a un qui a dit du bout de son sommeil, tu peux pas faire gaffe ? j’ai regardé tous ces corps qui dormaient, j’ai écarquillé les yeux, j’ai tapé sur l’épaule de tout un chacun,

-ce soir je rentre, y’a plus personne, vous dégagez tous..

Je devais avoir une Uzi dans les yeux, j’ai rajouté,

-         il me manque une cuillère à café, je vous écorche jusqu’à la troisième génération..

Je m’énerve jamais, je ne hausse jamais la voix, je ne me mêle de pas grand-chose, ça donne du poids quand je parle, ça donne forme à mon Uzi… ils ont pas tenté le coup, peut être que j’étais capable de ça : les écorcher vifs jusqu’à la troisième génération, surement d’ailleurs…

Le soir, ils étaient partis.

Tous.

J’ai rangé mon Uzi.

……………………j’écoute chilly gonzales sur spotify en écrivant là, il est midi et quelques, y’a du soleil, j’ai été faire quelques courses au bourg, j’ai croisé la givrée hystérique, mon regard un peu froid a du la dissuader, on a juste dit bonjour, je suis rentré sur mon scooter rouge, j’ai rangé dans le frigo les différents trucs, j’ai fait griller deux ou trois tartines de pain frais que j’ai mangé avec du chocolat noir, j’ai envoyé un texto à la fille aux bougies, tu peux téléphoner si tu veux, elle a dit, je l’ai appelé, on a parlé longtemps, plus d’une heure, elle lit le despentes, on a discuté des personnages, je m’attendais pas à ce que ce soit si juste elle a dit, le type qui est violent, qui frappe sa femme c’est bien vu, on prend du plaisir à lire ça, on fait un tour dans le monde, on se balade dans la post jeunesse, on a discuté longtemps elle moi, on a reparlé de douglas coupland, on a évoqué certains textes que j’écrivais à un moment,  elle m’a dit j’ai réservé une suite dans un hôtel au bord de la mer normande, dans une quinzaine de jours, tu peux venir ?, j’ai dit une suite ? elle a dit oui, j’avais envie de ça, une suite, un hôtel dans un petit port, trois jours toi et moi, j’ai dit banco, je viendrai, y’a du soleil ici, je lui ai dit je vais finir le tour de la fenêtre du salon, j’ai posé des trucs de bois pas droits, je vais plâtrer autour, il faut que j’aille à la déchetterie, il est presque midi, on se rappelle dans l’après midi,

-         Oui, chéri, elle a dit

J’ai pris l’auge en plastic noire dans la cour la petite cour derrière, j’ai un sac de plâtre ouvert dans le couloir, j’ai mis la poudre, l’eau, j’ai laissé prendre, j’ai posé les cartons autour pour pas trop dégueulasser, ensuite j’ai étalé la pâte blanche autour du chambranle de la fenêtre, j’ai lissé avec l’éponge, j’ai écouté un peu la radio en même temps, ils ont parlé d’un nouveau disque d’otis taylor qui allait sortir, ça m’a rappelé un type que j’aime bien qui me doit du fric et qui m’a envoyé un mail hier comme quoi, il m’avait viré deux mille euros hier sur mon compte, j’ai pas été vérifier, il m‘enverra la suite plus tard, c’est lui qui m’avait envoyé les trucs d’otis taylor, il vient de s’acheter un bateau péniche, il se posera à Joinville le pont,  je pense, je dormirai là bas, dans le bateau quand je passerai à paris, on se parle pas beaucoup lui et moi, on a appris à s’apprivoiser, je l’appellerai peut être

Mais peut être pas…

…. L’arménien, j’ai rien  trouvé quand j’ai tapé son prénom et son nom sur google is watching you, il a un prénom quelconque, genre jacques ou pierre, ce genre de truc, son nom est arménien (fin en ian donc) mais bon y’en a plein là bas des noms comme ça, j’ai cliqué sur google is watching you version images ,et je l’ai chopé, il avait changé de prénom, jean ou paul c’est trop banal, il a repris son prénom arménien,, un truc qui sonne, un truc à affoler les bobos aimantés par l’exotisme…

……………………………….C’était bien lui sur les photos, ça m’a fait sourire, un rien de cheveux plus blancs peut être, plus courts aussi,  aucune image descendait sous la ceinture, je voulais savoir si sa bite avait vieillie, mais bon, aucune nouvelle du braquemard, il exposait dans une sorte de ..

……..comment dire,……………

… ces trucs dans le sud de la France qui se veulent gite rural, rencontre artistique, repas bio, avec pleins de fonctionnaires en vacances ou à la retraite qui votent cecile duflot ou quand ils sont bourrés melenchon, ce genre d’endroit  avec des nappes à carreaux et une maitresse de maison qui fait ses bouquets elle-même, ce genre de lieu où on se dit que : c’est fou comme les gens ne se parlent plus, t’as remarqué ,ils regardent toujours leurs Smartphones ou leur tablette, ils ne sont plus authentiques..

Tu vois quoi…

……………………Il exposait là bas, ses peintures, ses sculptures, il jouait aussi de la la musique avec le groupe du coin, le postier qui adore Coltrane, tu sais bien le disque pirate où il joue à la soixantième mesure un do dièse au lieu d’un do, un truc rare,

 il l’a lui,

le postier en arrêt longue maladie, ce truc dans le dos tu sais, qui guérit jamais…

……………l’armémien joue de la guitare sur une photo parue dans le journal du coin, il y a un article sur lui, ce talent multiforme, un peintre qui sculpte, qui joue de la musique et qui est doué en couture, tu vois la merveille…

J’ai regardé ses tableaux sur le net, j’en ai un ou deux de lui chez moi, ici, c’est toujours les mêmes, il refait indéfiniment le même truc, tu regardes, il ne se passe rien, tu regardes et tu es retraité de l’éducation nationale et tu trouves tout de suite qu’il y a là dedans comme un appel à un autre espace, une autre infinité, ..

Ha là là…

Il s’est amélioré en sculpture, j’en ai une ici, elle est dans ma courette, du bois imputrescible, il travaille le bois avec plus d’élégance, plus de technique, c’est sur, mais bon, il ne se passe rien quand tu regardes ça…

Puis d’un coup sa voix m’est revenue, une voix haut perchée, un truc dans les aigues, avec l’image d’une patate dans la bouche…

 

Tiens il est treize heures et quelques..

Je vais aller boire un verre d’eau.

Ensuite je sais pas..

Je te tiendrai au courant..

Ou pas.

 

 

 

Commentaires

Je te le dis que Joinville Le Pont, la Marne, tout ça, c'est à côté de chez moi?

Écrit par : KMS | 14/02/2015

.. ah ouais ??? bien...
peut etre que je ferais signe si je vais sur ce bateau péniche.. (j'ai cru comprendre que tu avais une belle maison..)

Écrit par : abraham | 14/02/2015

Les commentaires sont fermés.