Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2015

....on leaves of grass... (je vais écouter ça)..

.. et puis j’avais ce truc de john zorn, le dernier album peut être, Hen to Pan, je l’avais pas écouté, mais bon il y a plein de soleil ce matin, ca remue dans le fond du ventre cette lumière, une dosette café à la noisette, j’ai appuyé sur le bouton rouge de la senseo, j’ai mis le Zorn et putain de merde, un truc hyper casse couilles à base de bruits et de je sais pas quoi, le deuxième morceau pareil, j’ai juste écouté douze secondes,

 tout le monde a droit à douze secondes de chance

avant le néant, 

 le troisième morceau que huit secondes avant que l’arrête j’ai pas écouté le quatrième.. va mourir, connard avec ton enregistrement de bruit, ça a fissuré un peu cette euphorie du matin, cette lumière, ce ciel bleu blanc, cette odeur de caresse douce, du coup j’ai passé le début du dernier Knopfler, Trackers, mais j’ai arrêté tout de suite, c’est bien sûrement, mais ça valait pas l’illusion d’une vraie musique de john zorn, ça valait pas une envolée de saxo, ça valait pas mon rêve…

… et puis, avant de m’endormir, je mets la radio, un podcast de gens qui parlent, je m’endors jamais avec de la musique, comme j’écoute réellement la musique je ne la mets pas souvent, sinon, je ne fais rien d’autre, par contre, j’écoute toujours des gens parlent à la radio, ça ne me dérange pas, j’ai un cerveau fait pour traiter plusieurs informations blablateuses, ça ne me dérange pas, au contraire, j’en ai un besoin profond, essentiel, je me suis demandé si ça avait un rapport avec ma solitude, j’en sais rien, j’ai toujours écouté en permanence la radio, tout et n’importe quoi, j’aime pas juste les émissions de ménage où les gens téléphonent pour raconter leur misère, ça ça me gonfle, on doit pas raconter ses misères, on ne doit pas en avoir non plus, la vie tu prends tout ce qu’il passe, ou tu prends rien et tu te jettes de la falaise, y’en a une de falaise à six cent mètres d’ici, à côté, tu vois pas le fond tellement tu meurs à la fin, tu te plains pas, ou alors tu payes un type ou une nana assis sur un fauteuil dans ton dos, les gens doivent être payés pour écouter les gens se plaindre, c’est un minimum….

Donc hier quand j’ai éteint la lumière j’ai mis un podcast et c’était une interview d’onfray, il passe partout à la radio à cause de son dernier bouquin, le huit cent douze millième, ce type écrit comme je vis, tout le temps, les trois quarts de ce qu’il publie sont hyper casse couilles, mais de temps à autre ça te positionne dans le désert, par action ou réaction, pour ou contre, ça te donne envie de parler aussi,… la dernière phrase que j’ai entendue, c’est – la mort n’a plus de mystère pour moi, après il a encore parlé mais j’écoutais pas, je suis resté sur cette phrase, la mort n’a plus de mystère pour moi, il disait, moi je me suis demandé et je crois que la mort n’a jamais eu de mytsère pour moi

Ou alors y a longtemps
Ou bien j'ai oublié
Ou ils sentaient pas bon

… je vois pas quel genre de mystère peut avoir la mort, la mort c’est tu meurs et y’a plus rien et puis c’est tout, et voilà, tu te poses plus la question de savoir pour et puis c’est tout puisque tu poses plus de question du tout et tu te demandes plus rien du tout, dejà quand tu dors tu te souviens de rien ou alors des bribes de trucs qui finissent en tas de cendres sur le rebord de ton matelas et quand tu dors tu en encore vivant, alors tu penses , quand tu es mort, c’est couic, the Total End, je vois pas où est le mystère, juste peut être que tu te raccroches encore du bout des ongles sur le rebord de la fin de ta vie, et que tu veux pas lâcher l’affaire, surement, un truc dans le genre, alors tu inventes des trucs sur la spiritualité et tout ça…

C’est pas simple de se résoudre à être rien, ce doit être ça, mais tu sais admets ça et tout va bien…

Y’avait aussi une autre émission sur le bonheur, mais y’a cette lumière dehors, y’a ce soleil, y’a ce blanc bleu, je vais me plonger dedans,

Je reviendrais, je te raconterais l’histoire de la princesse qui rencontre le prince qui lui met un doigt dans la culotte…

Commentaires

Ouais Zorn faut faire un peu le tri dans les 300 disques qu'ils sort par an (au moins). Moi j'attends que le temps serve de filtre. Pour voir ceux qui restent.

Sinon :
https://www.youtube.com/watch?v=vpRr-v1YwXg

Écrit par : KMS | 18/03/2015

.. ah et à propos de dantec je viens de commencer le dernier: les résidents... je l'ai en epub si ça t'interesse..

Écrit par : abraham | 18/03/2015

... hashirim de zorn est aussi une grosse merde..

je connaissais pas du tout shai maestro !! merci...

Écrit par : abraham | 18/03/2015

Les commentaires sont fermés.