Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2015

...saucerful of secrets...

.. et puis j’ai rencontré un mec ce matin tout près de la terrasse du café, tu sais, où je suis toujours, vers 11 h généralement, à boire mon café et à lire un peu sur ma Kobo, là je finis le second tome de Vernon Subutex de Despentes, j’aime bien Despentes, ça me sourire qu’on la voit comme une révoltée, tout ça, je trouve tout doux ce qu’elle écrit, tout tendre, je sais pas trop comment vivent ceux qui voient pas ça, je sais pas trop pourquoi ils croient qu’elle écrit sur la Société tout ça, je trouve pas du tout, c’est juste sur les gens, c’est pas les mêmes gens que mes gens à moi, tu sais le truc punk machin, ça m’est un peu beaucoup passé au dessus, la sorte de fascination pour les actrices porno aussi, mais on s’en fout de ça, c’est juste sur des gens, quand je suis sur la terrasse de mon café, je regarde aussi les gens et je peux voir le même genre d’histoires dans chacun, pas le même décor, pas le même scénario, mais la même pulsation en dedans, le même genre de brouillard, le même tangage, j’aime bien, despentes, j’avais même pleuré sur un de ses bouquins, un truc avec un père et son enfant, je lui avais dit à l’époque je crois, par mail ou par commentaire ou bien je l’ai rêvé, je sais plus, c’était il y a mille et des poussières…

.. et donc j’ai rencontré un mec ce matin, tout près de la terrasse du café, je le croise de temps en temps, on n’a pas grand-chose à se dire, on parle sans écouter, je prends un air passionné quand il parle, ce matin, il m’a dit : j’ai fait neuf choses déjà..

J’ai attendu la suite, c’était un bon prélude, y’avait une bonne accroche :

-         -J’ai fait neuf choses et il est pas 11 h, j’ai été au port, je suis remonté, ça fait deux, j’ai été acheté un pain, j’ai parlé avec le type de la mairie, je suis redescendu au port, j’avais oyubile un truc je suis remonté, j’ai été garer ma voiture…

J’ai rien dit, c’est pas que je voulais pas parler, je voyais pas comment survoler tout ça sans avoir le vertige, j’ai fait neuf choses ce matin, il a dit..

-        -  Je peux pas rester sans rien faire, tu vois..

Je voyais, j’étais un peu perdu, une sorte de vacillement de la pensée, ; j’avais du mal à assimiler…

-         - Qu’est ce que tu penses des radis d’Intermarché ? il a demandé brutalement

Ca devenait dangereux, j’ai tenté d’anticiper la réponse attendue, j’ai pas trouvé, j’ai rusé :

-         - Ah ça oui, j’ai fait les radis d’Inter…

-         - on s’est compris il a dit…

Il s’est arrêté de pleuvoir. Parce qu’ici il pleuvait.

-         -Il pleut plus j’ai dit, je dois y aller.

-        - A bientôt.

-         -Bien sur.

Le serveur m’a amené mon café et un petit verre d’eau, j’ai repensé à cette fille d’hier qui m’a ému.

C’était bien.

Les commentaires sont fermés.