Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2015

... un jour...

… et puis à nouveau ce temps suspendu, je ne vais pas te refaire le film, c’est en boucle sur toutes les chaines, télés, radios, journaux, ce truc de sidération, rien à dire en fait, j’étais tout seul ici, quelques coups de fil à la fille aux bougies mais elle est occupée à plein d’autres choses, je ne suis pas très nécessaire en ce moment, j’ai remis ça sur la platine,


podcast

je n’ai pas retrouvé la version que j’aime, c’en est une autre mais bon, l’esprit y est, c’est que pas grand-chose n’est rangé encore ici, non pas grand-chose, depuis plus d’un an que je vis dans ma petite maison de pierre sur ma petite ile, les choses sont posées comme ça, comme c’est venu, en vrac, elles n’ont pas trouvé leur place, j’ai un rapport au temps particulier, par exemple je me dis que je vais peut être appeler quelqu’un et puis sept ans après c’est toujours en attente, je n’ai pas trouvé le bon moment, celui qui coïncide avec l’envie, la nécessité, le besoin et la réalité, j’ai tant de monde dans ma tête que je suis rarement présent, le temps est couvert, peut être une petite pluie, je ne suis pas encore sorti, j’irai surement boire un café sur la petite place, pas sur la terrasse, à l’intérieur, mais à l’intérieur ce n’est pas pareil, il n’y a pas cette lumière dont j’ai besoin, cet espace….. je ressens la solitude aujourd’hui, c’est une sensation extrêmement rare chez moi, je ressens quelque chose comme un vide, je ne sais pas pourquoi, j’ai mis la musique plus fort, pour qu’elle se glisse dans toutes les fissures, qu’elle ne me laisse pas refroidir, c’est étrange pour moi de me dire que je suis seul, je regarde l’eau qui coule de la gouttière de ma nouvelle cabane de bois que j’ai fait construire dans ma petite cour derrière , je pousse encore le son sur l’arrivée des chœurs, si tu me suis tu connais ce morceau, je te l’ai envoyé à toi et toi et toi aussi surement, je n’ai aucune mémoire en fait, des flashs par moment de ce qui a surement été mon passé, généralement je sors un fichier word et je l’écris sous forme de fiction, j’aime bien le caractère Verdana en taille 14, sinon par pur esprit de contradiction je mets tout ça en comic sans parc que j’ai vu que les gens n’aimaient pas en foule, je me méfie des mouvements de foule, sur twitter j’ai vu qu’une chanteuse était considérée comme une sous merde, une dénommée Zaz, en, foule encore, je connais pas ce qu’elle fait mais je ne supporte pas les morsures des chiens en meute, alors tu sais quoi, j’aime bien Zaz du coup, rien que pour ça, j’irai écouter une chanson un jour, je sais pas quand, j’ai un rapport au temps tellement particulier, j’ai éteint la radio, c’est en boucle et en boucle, j’ai envoyé un texto hier à quelqu’un qui a eu des victimes dans son entourage… on gère il a répondu, je sais j’ai dit, on gère toujours tout, des fois c’est juste moins simple, -c’est exactement ça il a répondu…
je ressens très fort cette solitude en ce moment, c’est nouveau, ce n’est pas très agréable, je suppose que c’est humain, j’écoute du bach parce que ça caresse de partout, je ne sais pas si je vais aller me raser, je ne suis pas sur de faire des courses ce matin, j’ai fait de la soupe pour deux jours, je dois avoir des œufs, peut être un peu de jambon, je sais plus trop, il pleuviote un peu, le genre de temps qui s’installe, qui ne fait pas que passer, j’ai commencer plein de livres mais je n’accroche pas, je regarde des séries, trois ou quatre en même temps, je ne sais plus trop quels épisodes j’ai vu, tout se passe aux usa, y’a des belles images, y’a un bon rythme, ça parle politique, ça parle avocats, ça parle complot, ça tient en tension, ça rassure, ça m’accompagne..
Je suis dans cette petite maison de pierre avec la petite terrasse devant et le portillon bleu…
Y’a mon scoot rouge dans la cour…
Il est mouillé..

cour.jpg