Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2015

.. fifthty ONE nuances of ta culotte..

.. et puis il fait beau encore aujourd’hui, comme hier, un ciel tout bleu bleu, cette lumière dont je t’ai déjà parlée, tirant sur le blanc, franche, nette, prête à rire, hier, je suis passé au marché , y’a une ou deux femmes de pêcheurs qui vendent des dorades, des araignées, des merlans, ça dépend des jours, j’achète de temps en temps, pas trop souvent, y’a toujours une ou deux personnes avant moi, qui parlent de la fraicheur retrouvée du gout du naturel, y’a une ou deux personnes toujours avant moi qui se la racontent sur l’authentique, le bio, le retour au vrai et toutes ces conneries qui me donnent envie d’éclater  de rire ou alors de lance-flammer avec des yeux crispés diaboliques, mais je bouge pas en vrai, je me dis que c’est comme ça, il y en aura de plus en plus sur cette île de cette sorte de gens qui n’ont rien à se raccrocher d’autres que cette histoire qu’on leur a vendue et qu’ils ont achetée, extatiques et transcendés..

Je serai de plus en plus seul sur cette ile, ça devient inéluctable, je ne peux pas accepter de côtoyer cette sorte de gens, je ne peux pas accepter de dire des banalités matin, midi et soir, tu sais ce que j’ai entendu la dernière fois ? moi je peux pas vivre sans Handel…. Sans déconner, devant des dorades nues posées sur de la glace pilée.. je peux pas vivre sans handel….  J’ai fermé les yeux pour une courte prière mon dieu si tu existes épargne les, ils ne savent pas ce qu’ils disent je n’ai rien contre handel que je ne connais que de nom ou d’écoute au hasard, mais tu vois, je te parie mes couilles au court bouillon que cette personne est incapable de discerner n’importe quel morceau de musique classique d’un  autre.. c’est juste un masque posé que du vide… c’est juste un équilibre sur la vie, c’est juste un complément verbal au lyxancia….

… et puis il fait beau encore aujourd’hui, je vais surement reprendre mon scooter et aller faire un tour de l’autre côté de l’ile, à cet endroit précis où je me suis posé hier.. 20150217_103508.jpgtu sais je ne me sens pas concerné par grand-chose, mais je fais attention de plus en plus à me poser physiquement dans le présent, à coïncider la peau avec le jour qui passe, à devenir poussière…

… j’ai un peu toujours sommeil en ce moment, je n’ai pas fait grand-chose ces derniers jours que de lire un peu, je viens de finir deux bouquins de pierre lemaitre, deux polars avec un commissaire d’un mètre quarante cinq et chauve, ça se lit avec plein de plaisir, j’ai pas lu le bouquin de lui Au revoir, là haut, qui a eu le prix goncourt ou nobel ou de je sais pas quoi, je vais le faire surement, l’écriture est simple, les histoires parfois étonnantes, personne n’est jamais qui on pense qu’elle soit, ça s’inverse, se retourne, ca se lit bien sur la terrasse du café où je vais tous les matins, avec mon blouson de cuir marron, j’alterne avec le noir, mon jean gris clair, j’en ai quatre identiques, mon scoot posé devant, la patronne qui m’appelle maintenant par mon prénom et me donne des nouvelles, y’a du monde en ce moment, ce doit être les vacances quelque part, on croise des femmes entre deux âges en déshérence qui fument sur la terrasse avec ce regard un peu ailleurs mais tu sais que tu es le seul mec du périmètre et qu’on peut pas fumer autant quand même…

…. J’ai rallumé le chauffage, il fait beau très beau mais un rien froid, j’ai cette fatigue un peu permanente en ce moment, ce manque de sommeil injustifié, ces courbatures sans raison, je viens de manger deux oranges maltaises dans ma cour pleine de soleil, des fois j’ai envie d’écrire à nouveau, rouvrir un de ces grands cahiers que j’ai pour laisser venir tout ça, me noyer dans tous ces trucs issus de je ne sais où, je ne me relis jamais jamais, je sais pas pourquoi, peut être que je tiens pas à laisser quoi que ce soit de moi, pas vraiment, non..

Pas du tout même..

A tout à l’heure peut être..