Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2011

..half the perfect world.....

 

… et puis des fois j’ai envie d’entendre peut être ta voix, ça fait quoi là, un an ?

à peu près hein,

j’ai pas de calendrier, j’ai bien quelques notes postées au hasard des insomnies sur abraham, il faudrait les relire mais bon, l’avenir est toujours devant, les seules mémoires que j’ai sont celles que j’invente

par secousses nerveuses  de désirs jubilatoires

Sinon à quoi bon ?

mais c’est vrai que des fois j’ai envie d’entendre à nouveau ta voix, la seule image claire qu’il me reste est toi dans le petit café  de la gare, la première fois que tu repartais, je sais que je t’ai regardée, tu allais partir, je ne savais absolument pas si j’allais te revoir,

ou pas

Mais j’avais envie de fixer cet instant, de le figer,

Stop avec la zapette magique

Celle qui n’existe pas

………..je me souviens de ton visage à cet instant précis, la petite table ronde  surélevée, tu avais les cheveux relevés,

tu es extrêmement jolie,

tu as quelque chose de fauve,

tu as une femellité à fleur de ventre,

tu as ces mouvements du corps qui sont chavirants,

c’est assez étonnant,

c’est prodigieusement unique

enfin pour moi

…..je me souviens de ton visage à cet instant précis parce que je me suis dit, il faut pas que t’oublies ça, abraham, toi qui oublies tout et qui invente le reste, il ne faut pas que tu oublies ça,

Ben j’ai pas oublié

Ça fait quoi un an ? à peu près hein ? j’ai pas de calendrier, j’ai rien relu de ce que j’avais écrit , absolument rien , je le relirai pas, je me souviens de la seconde vingt huit qui était l’heure exacte de notre rencontre et qui est aussi celle de notre oubli surement,

cela n’a pas d’importance

aucune

Je me souviens de ton visage à cet instant précis, j’ai solidifié le temps je crois, en statue de sel, qui doit s’effriter du coté de Gomorrhe, je me souviens de ton visage, tu portais un truc avec du bleu, tu avais les cheveux relevés, tu t’es levée pour aller pisser, j’ai regardé la chaise vide, clic clac, tu es revenue, ensuite je sais plus trop, je sais pas si je réinventerai cette mémoire ou pas, je crois pas, ou alors quand je serai mort, ou un autre jour, ou j’en sais rien…

Des fois j’ai envie d’entendre à nouveau ta voix, que tu racontes ton quotidien, comme ça, juste comme ça.. des fois j’ai envie  de t’ écrire pour te le dire mais je sais que tu répondrais :

-     Tu veux quoi ?

Et que la réponse c’est - rien

Je veux rien

Absolument rien

Donc tout est bien…..

Ou presque