Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2015

... armel et laeticia (part I)...

.. et puis j'aime quand c'est la nuit comme ça, la petite veilleuse allumée dans ma petite maison de pêcheur en pierres sur ma petite ile écouter ça
podcast
en pensant à rien, juste se laisser envelopper, juste se laisser bonheurer, sans double discours, en synchronisation parfaite entre soi et soi, et c'est à ça que j'ai pensé ces derniers jours, dimanche exactement, je l'ai écrit sur mon agenda:

-penser à n'être qu'un

c'est pas toujours simple de n'être qu'un, on est tellement ailleurs des fois qu'on se demande si on va se rencontrer un jour, et des fois on n'a tellement pas de réseau SFR qu'on se demande si on va réussir à se joindre

j'ai écrit sur mon agenda!

- penser à n'être qu'un

et j'ai aussi écrit sur un bout de papier que j'ai posé sur le sol:

- penser à regarder l'agenda pour ne pas oublier de n'être qu'un

et j'y suis pas mal arrivé, à n'être qu'un, ce n'était pas gagné, je ne sais pas pourquoi, je voulais être quelqu'un d'autre mais je savais pas qui alors que j'étais là et ça suffisait quand même et y'a aussi ce soleil des derniers jours, et cette lumière,  j’ai aussi scié du bois pour faire le joli placard et aussi, j’ai vissé des pierres sur une planche de bois parce que lundi de 11 h 32 à 11h 47, j’ai décidé d’être sculpteur et c’est tellement facile l’art, je veux dire j‘ai encadré une photo de Jeff KOONS  parce que la barre n’est pas très haute et que sur mon petit portillon bleu que j’ai fait moi-même devant ma maison, j’ai écrit attention artiste, veuillez enlever votre chapeau et aussi cet après midi a été majestueuse parce que y’avait une femme qui devait me faire un devis pour le petit appentis derrière, ici c’est les femmes qui font les travaux de force et elle m’a dit je vais venir avec une autre fille parce qu’il faut être deux pour ce genre de travaux et j’ai dit d’accord, elles sont venues à 14 h, et putain je n’en revenais pas, l’autre fille c’était la plus belle fille du monde je crois, je l’avais déjà vu dans le bourg, avec ses longs cheveux roux et ses yeux verts et là elle s’est coupée les cheveux mais je l’ai regardé fixement et je lui ai dit

-         tu n’avais pas les cheveux longs et roux y’a pas longtemps ?

elle a dit

-         oui,

j’ai dit

-         tu es la plus belle fille du monde,

elle a rougi un peu beaucoup, elle a dit

-         merci,

et puis l’autre femme a dit

-         il faut oser le dire

et moi j’ai rajouté :

-         Vous voulez un café ?

Elles ont dit

-         oui,

 après on a été derrière elle m’ont dit

-         on fait un projet, un crobar, on revient dans une dizaine de jours avec un devis chiffré

Et j’ai dit

-         d’accord

Je voyais pas quoi dire d’autre.