Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2013

...where are you ?...

 


podcast

.. et puis y’a Russel crowe, là, à la télé, dans un film putain d’américain, sauveur du monde et tout et tout, je crois qu’il a joué un jour dans un truc de gladiateur, j’ai du mal à l’imaginer en jupette, j’ai du mal à imagine ses coucouilles en mode aération,

…………………………….en mode balancement pendulaire

il est en costard decontract, cheveux courts en brosse, ccououilles au chaud dans un boxer eminence…

ou calvin klein, va savoir

………. j’ai passé le week end chez la fille aux bougies, dans la petite chambre, là où on a pris les photos la semaine dernière, tu sais, avec l’application paper cam, on n’a pas baisé, pas synchrone, on est rarement synchrone sur ce truc là,

mais son sourire n’a pas de prix

….donc on fait dans la non synchronicité de la non baise…

(si tu peux pas changer le monde, tu fais avec)

… j’ai survolé sur ma tablette galaxy note, un résumé de l’Ethique de spinoza, je suis jamais arrivé à lire le texte original, c’est casse burnes puissance mille,

Ecrire comme on parle,

parler comme on vit

vivre comme on jouit

J’ai survolé l’Ethique et j’ai souri un peu, juste pour moi, comme ça, sur la table de ferme, l’immense table de ferme dans la cuise de la fille aux bougies, dimanche matin, tout gris dehors, tu sais, j’ai souri un peu parce que je tournais autour du même truc y’a je sais pas, genre un mois,

sur le delta entre le déterminisme et la liberté,

c’était ressorti dans une note avec la phrase que tu avais remarquée, tu sais,

tu m’as envoyé un texto :

l’épaisseur de l’interstice entre ce que je dois et ce que je veux

tu te souviens de ce texto, chérie ?

et puis plus tard, tu m’en as envoyé un autre

(attends, je vais le recopier de mon tel)

(voilà :

 - tu kiffes le doigt dans le cul en 2013 ?

Je t’ai pas répondu de suite, j’étais avec la fille aux bougies, c’est pas évident de répondre à certaines questions à certains moments..

un temps pour tout

ta culotte tout le temps

Je ai relu quelque jours après,

- tu kiffes le doigt dans le cul en 2013 ?

-arrête je bande, je t’ai dit

Là c’est toi qui n’a pas répondu..

Je t’aime bien toi, on s’écrit de temps en temps, comme ça très léger, quelques gouttelettes dans la vapeur, le reflet de la lumière dessus…)

… mes notes manuscrites, mon écriture illisible, étaient conséquentes sur ce sujet, je me demandais,

des fois je me demande

Comme tout le monde s’en fout, je demande pas, juste je me demande

…………………….et je me réponds avec mon écriture illisible sur des carnets noirs…

Je m’étais demandé là, entre le déterminisme et la liberté..

Je m’étais demandé à cause du froncement de sourcils que j’ai eu lorsque les gens trouvent des excuses à leurs conneries…

Y’a jamais d’excuses

Je ne supporte pas les excuses

Jamais

Tu sais

-         je me fous d’avoir raison ou tort

Tu sais

-         ma place n’est qu’illusion clignotante, en attente de la disparition totale

Tu sais

-         surtout oublie moi

Tu sais

-         des fois je pense (presque tous les jours en fait) à celle de la seconde vingt huit.. mais pourquoi était-elle si chiante ?

Tu sais

-         cela n’a pas d’importance

Tu sais

-         je n’existe pas, je n’ai jamais existé, c’est une erreur, une incroyable erreur…

………..et puis aussi, j’ai lu qu’ Epicure voulait pas être oublié !! sans dec,

 Epicure avait l’angoisse qu’on l’oublie !!!

Epicure faisait dans son froc à l’idée de l’effacement….

Alors que c’est la seule force,

brother

La seule arme,

L’arme fatale

.. comme dans la première du film (l’arme fatale), avec ce gros connard antisémite de mel gibson (qui pue sous le bras le fromage vomi), comme dans la première scène du film, le mec s’en fout, veut se flinguer, rien à branler de rien, juste derrière la ligne.. il se flingue pas, et du coup fonce raoul, il devient invincible

       dans ma vie comme dans les films tu sais

Il ne peut rien m’arriver

Je crois

C’est ainsi que je me suis construit

En arme fatale

Le rien à foutre de moi

Sans y penser tu sais

Sans le vouloir, 

J’ai jamais rien voulu

L’arme fatale

…………………. Tu m’as écrit (toi, pas toi de tout à l’heure, toi quand même), tu m’as ecrit

« dis toi que s’il t’arrivait quelque chose, personne ne me préviendrait »

Il ne peut rien m’arriver

L’arme fatale

Je te parlais de l’interstice entre le déterminisme et la liberté..

Il n’y a aucune excuse à rien,

Les choses tu les fais pas ou tu les fais pas

Rien d’autre

Rien d’autre

Les horloges sont synchrones

J’attends la prochaine culotte et son interstice