Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2015

.... of course....

.. et puis, allez viens, passe la soirée avec moi, c’est tout chaud chez moi, je viens de mettre sur ma tablette la nouvelle star, ça m’empêche pas de vivre ce genre de truc à la télé, je regarde ça une année sur trois ou quatre, je me souviens de la superbe sophie tith, c’est la dernière fois que j’ai vu cette émission, j’ai sur ma tablette capturé le petit clip où elle chante come together, je la trouvais jolie cette fille mais bon, c’est une gosse, le charme de l’adolescence, je sais pas ce qu’elle est devenue, si elle chante encore ou pas, et je m’en fous un peu beaucoup, j’aime bien ces petites soirées télé sans enjeu que le plaisir cocoonant, que de la douceur à se vautrer, prends ma main, pose là sur ton sein…

.. là en ce moment précis y’a une lycéenne qui raconte sa vie, elle dit qu’elle va se donner à fond, ça me fait sourire, c’est que des enfants dans ce truc là, ça doit dire« c’est clair » toutes les douze secondes ou commencer chaque phrase par « en fait », c’est touchant, ils parlent tous de leur univers musical, de rien lâcher jusqu’à la dernière note, ça a l’air important pour ces gosses, ça colle bien avec mon décor, je te pose là :

 

Bureau.jpg

 

.. aujourd’hui il a fait un temps splendide, j’ai hésité à aller au bourg à pied mais j’ai fini par prendre le scooter, j’ai été boire un café sur la petite place à l’écart, là où je vais tout le temps, y’a peu de monde, le type connu qui est revenu, le vieux qui a l’air d’un pauvre et puis non, avec sa femme , on dit juste bonjour comme ça, il va lire les journaux sur une table du fond, y’a deux ou trois types au chômage qui commencent dès le matin au petit blanc, y’a la patronne qui semble plus à l’aise avec moi, les gens se méfient beaucoup de moi, enfin c’est l’impression que j’en ai, une sorte de barrière, c’est ma solitude interne je crois je crois, je suis pas dans la demande, je sais rester seul sans chercher le regard des autres, leur approbation quelconque, mais c’est un peu plus souple il me semble, on se dit toujours bonjour ici, dans le café, dans la rue, c’est une trop petite ile, j’y suis depuis trop d’années,

autrefois durant mes jours disponibles,

maintenant à temps plein,

ou presque,

j’ai croisé au bourg une femme que je connaissais depuis mille ans et qui squatte chez la givrée hystérique qui habite maintenant à 400 mètres de chez moi, une femme que j’ai connue du temps des dinosaures, qui te pourrit la vie comme on chie mou avec une gastro, et qui achète une baraque au bout de la rue, une superbe baraque par ailleurs, avec plein de terrain et tout et tout…. Je la croise de temps à autre quelque part devant la boulangerie ou un truc comme ça, bonjour bonjour, mais elle me fait pas chier, elle est juste venue avec son mec dimanche, elle a appelé avant, elle était en panne d’internet, elle voulait utiliser mon ordi, j’ai dit ok.. ils sont resés un quart d’heure, ça suffisait…

… j’ai continué à vider quatre ou cinq cartons, triant un peu les bouquins, je mets de côté ceux que je ne veux pas garder, ç ce rythme là j’en ai pour mille pour vider tous les cartons que j’ai entassés dans le grenier, j’ai retrouvé des bouquins de philippe muray, que je lisais dans les années 90, y compris son roman célinien On Ferme, maintenant, il est considéré comme un maitre à penser d’une sorte de droite identitaire, je ne l’avais pas vécu comme ça, il m’avait fait réfléchir sur le consensus imposé, sur la fête obligatoire, je suis pas très fête, je suis pas très sociable, peut être c’est pour ça…

J’ai aussi retrouvé une dizaine de pages d’une sorte de journal intime au féminin, très bien écrit, je n’ai aucun souvenir de cette fille, peut être était ce  la danseuse de tango que je baisais dans mon studio secret près de ce magnifique château avec ce grand parc… elle est partie vivre dans le sud de la France, j’avais retrouvé ses traces sur internet, c’est une vedette de la danse, je rebaiserais bien avec elle mais là, je crois que c’est juste des mots….

.. et puis la fille aux bougies a téléphoné, elle a une voix pleine de vie tout le temps, j’ai jamais rencontré quelqu’un comme ça, complètement dans le présent, bouffant les secondes avec plein de jus de cerise qui coule sur les joues pleines de sourire brillant….

.. elle parle beaucoup, tout le temps même, je la laisse parler, j’aime l’écouter, j’aime la chanson de sa voix qui raconte sa journée, j’aime sa vie…

Je vais la rejoindre quelques jours la semaine prochaine, ensuite je reviendrai ici….

J’ai commencé à lire Virginie Despentes, juste une trentaine de pages pour l’instant..

J’ai pas écrit une ligne…

Le poêle s’est éteint…